PLANS DE PREDICATIONS I   (Spurgeon Charles.)


 


PLAN DE PRÉDICATION

 

CE NE SONT PAS LES MORTS QUI CELEBRENT L’ETERNEL

 

"Ce ne sont pas les morts qui célèbrent l’Eternel, ce n’est aucun de ceux qui descendent dans le lieu du silence; Mais nous, nous bénirons l’Eternel dès maintenant et à jamais. Louez l’Eternel!" {Ps 115:17-18}

 

Le Dieu vivant tient à être adoré par les vivants. Le Dieu de toute bénédiction tient à recevoir l’adoration d’un peuple qui le glorifie. Pour nous, nous devrions bénir I’Eternel même si nous sommes seuls à le faire, et nous ne devrions pas nous accorder de repos tant que nous n’avons pas entraîné les autres à participer à notre louange. Nous devrions leur crier: "Bénissez l’Eternel!" et les pousser à la louange tant par notre exemple que par la persuasion.

 

I - Souvenir attristé.

 

"Ce ne sont pas les morts qui célèbrent l’Eternel, ce ne sont pas ceux qui descendent dans le lieu du silence..."

 

Ces paroles nous rappellent:

 

1. - Les voix qui se sont tues du milieu de nous. Celles d’hommes de bien qui, plus jamais sur la terre, n’élèveront vers le ciel leur chant ni leur louange.

 

2. - Que nos propres voix se tairont un jour -bientôt peut-être - et ne se feront plus entendre en ce monde.

 

3. - Que les non-Chrétiens au milieu desquels nous vivons sont tout aussi incapables de louer le Seigneur que s’ils étaient muets.

 

4. - Qu’il y a en enfer des âmes qui ne loueront jamais le Seigneur.

 

II - Résolutions énergiques.

 

"Mais nous, nous bénirons l’Eternel". Nous sommes résolus à apporter au Seigneur la louange de nos coeurs par notre témoignage, nos actions, nos chants. En effet:

 

1. - Nous sommes en vie. N’est-ce pas là déjà un motif de louer le Seigneur

 

2. - Nous sommes spirituellement en vie. N’est-ce pas là une grâce spéciale de Dieu?

 

3. - Nous appartenons au peuple béni de I’Eternel: N’est-il pas normal que, à notre tour, nous lui apportions notre louange?

 

4. - L’Eternel veut nous donner sa bénédiction. Il veut nous révéler toute l’étendue de son amour pour nous. Que notre louange monte vers lui avec une ardeur plus grande. Ayons la ferme intention de bénir le Seigneur quoi qu’il arrive,

 

III - Opportunité de cette initiative.

 

"Nous bénirons l’Eternel dès maintenant et à jamais,"

 

1. - quand les incrédules demandent: "Où donc est leur Dieu?" {Ps 115:2} ayons le courage de répondre à toutes leurs questions et d’opposer notre joyeuse adoration à leur infidélité.

 

2. Lorsque, conscients de la grâce divine, nous ne saurions nous empêcher de chanter: "l’Eternel se souvient de nous". {Ps 115:12} En de tels, instants, bénissons l’Eternel!

 

3. - Lorsque Dieu nous accorde un renouveau spirituel ou un réconfort particulier, quand l’affirmation quatre fois répétée: "Il nous bénira" s’est accomplie dans nos vies et que le seigneur nous a enrichis de bénédictions sur le plan familial et sur le plan personnel, {Ps 115:12-14} alors que tout ce qui est en nous bénisse le Saint nom de l’Éternel.

 

4. - Lorsque nous sommes amenés à confesser la nom de Jésus, c’est le moment d’entonner le chant de louange qui durera notre vie entière. Que, le service du Seigneur s’accompagne de cantiques.

 

5. - A chaque jalon de notre existence: début d’années, anniversaires, etc. bénissons Dieu pour:

 

 

- les péchés pardonnés

 

- les besoins auxquels il a pourvu

 

- la grâce surabondante

 

- les craintes bannies

 

- les espoirs réalisés

 

 

Maintenant magnifions le nom de l’Éternel. Que nos lèvres proclament sa louange et qu’en silence nos coeurs bénissent son saint nom. Pendant trop longtemps Dieu a été, à cause de nous, privé de la gloire qui lui due.

 

IV - Prolongements jusque dans l’éternité

 

"Dès maintenant et à jamais".

 

1. - La lassitude ne saurait interrompre le cours de nos louanges, car nos forces se renouvellent dans la louange.

 

2. - Ce n’est pas non plus une chute qui nous arrêtera dans la louange. Le Seigneur gardera notre âme dans ses voies et nous fournira chaque jour de nouveaux sujets de louange.

 

3. -La mort même sera impuissante à arrêter nos louanges, au contraire, elle les sublimera en les élevant jusqu’à un degré inconnu jusqu’alors.

 

4. - Aucune circonstance, si dramatique soit-elles n’interrompra nos accents de gratitude envers le Seigneur. "L’Eternel a donné, l’Eternel a été, béni soit le nom de l’Eternel!". {Job 1:21}

 

Un à un les participants de la chorale des enfants de Dieu disparaissent de la terre et leurs accents ne sont plus perceptibles pour nous.

 

Y a-t-il ici quelqu’un qui soit prêt à prendre une place laissée vide dans cette chorale pour répéter sur la terre les chants du ciel?

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

UN HOMME TROUBLE PAR SES PENSEES

 

"Ses pensées le troublèrent." {Da 5:6}

 

Réfléchir est une occupation tout à fait inhabituelle pour beaucoup de gens.

 

Et pourtant la capacité de réfléchir est un des éléments qui distingue l’homme des animaux.

 

Il n’est donc pas surprenant que lorsque tel homme se trouve placé devant la nécessité de réfléchir son être tout entier en soit bouleversé. Bouleversement salutaire susceptible de provoquer une conviction de péché suivie d’une conversion. Dans tous les cas ce trouble est comme un signal d’alarme pour l’âme du pécheur.

 

Ce qui fut écrit au sujet de Belschatsar aurait pu l’être à propos de nous-mêmes. De nous aussi on a pu dire: "Ses pensées le troublèrent’." Il faut être arrivé bien bas pour refuser la confrontation avec soi-même. Que sera-ce alors que la confrontation avec Dieu?

 

I - Ce n’était pas un homme à se laisser troubler par ses pensées.

 

1 - C’était un monarque impulsif et irréfléchi, appartenant à une nation dont la réputation de férocité n’était plus à faire. Son père avait déjà par son orgueil attiré sur lui le châtiment de Dieu.

 

2. - L’orgueil avait endurci son propre coeur {Da 5:22-23} "Tu t’es élevé contre le Dieu du ciel!" lui déclara Daniel.

 

3. - Il venait de boire à l’excès et en ressentait les effets. {Da 5:2}

 

4. - Il était en train de banqueter en joyeuse compagnie "ses princes, ses femmes et ses concubines." Ce n’était pas une ambiance propre à la réflexion ni à la repentance.

 

5. - Il était en train de s’enfoncer de plus en plus profondément dans le péché ajoutant à l’orgie la profanation des vases sacrés pillés dans le temple de l’Eternel qu’il méprisait en comparaison de ses "dieux d’or, d’argent, d’airain, de fer, de bois et de pierre." Peut être la liste détaillée nous en est-elle donnée pour souligner la puissance des idoles. Le prophète du moins en parle avec horreur.

 

 

- Personne n’a jamais, été rendu plus sage ni plus intelligent par

un verre de vin.

 

- Personne n’est à l’abri de la main de Dieu.

 

- Aucune conscience n’est assez endurcie pour rester indéfiniment

sourde à la voix divine.

 

- Point n’est besoin d’être roi ou empereur pour manifester

l’orgueil semblable à celui de Belschatsar et exprimer son mépris à

l’égard des choses divines.

 

- On établira facilement un parallèle entre Belschatsar et les

orgueilleux.

 

 

II - Il avait de bonnes raisons d’être troublé.

 

1. - Par le spectacle qu’il avait sous les yeux "Une main qui écrivait..." Il arrive que Dieu parle au moyen de visions auxquelles on ne peut résister.

 

2. - Vision susceptible de troubler la tête la mieux équilibrée. Que signifiait tout cela? Quel cerveau, quel être commandait cette main?

 

3. - Il était troublé par ses souvenirs.

 

 

- Son passé, sa cruauté, ses vices, ses blasphèmes, ses guerres.

 

- Le souvenir de son père n’avait rien pour le rassurer.

 

- La conscience de ses fautes passées le frappa soudain.

 

- Une prise de conscience de son attitude présente s’effectua en lui.

Il jetait inconsidérément un défi au Dieu d’Israël.

 

 

Et le voici qui tremble, lui, devant qui tous tremblaient.

 

Quel breuvage avait-il donc bu dans les coupes sacrées?

 

III - En ce qui vous concerne personnellement:

 

Avez-vous des raisons à d’être troublés par vos pensées?

 

1. - Vous vous moquez de tout, vous aimez la bonne chère, les réjouissances et le vin. A quoi aboutirez-vous?

 

2. - Vos affaires sont prospères...N’engraisse-t-on pas les boeufs pour l’abattoir?

 

3. -Vous ne craignez pas de profaner les choses saintes. Vous allez même jusqu’à les tourner en ridicule. Allez-vous continuer longtemps dans cette voie? Le Seigneur supportera-t-il longtemps votre attitude de défi?

 

4. - Vous n’hésitez pas à vous mêler aux débauchés. Ne périrez-vous pas avec eux?

 

5. - Et pourtant vous pourriez tirer instruction du passé?

 

                6. - Les mots écrits sur la muraille sont votre jugement. Lissez l’écriture sainte et tirez-en vos propres conclusions.

 

7. - Surtout si vous avez été trouvé léger, les yeux de la conscience voient la balance dans la main du juge infaillible.

 

Veillez à ne pas tomber dans la condition de Belschatsar. Daniel n’avait aucun conseil à lui donner il ne lui restait qu’à lui faire connaître le jugement divin.

 

Pour le moment notre rôle consiste à prêcher l’Evangile. La pensée de Dieu reste au-dessus des nôtres. Il vous exhorte à vous repentir de vos péchés et à croire en Jésus-Christ. Et alors vos pensées cesseront de vous troubler.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PRÉDICATION 

 

IL ORDONNERA A SES ANGES DE TE GARDER

 

"Car il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies!"

 

{Ps 91:11}

 

Le Seigneur mit son peuple à l’abri de la peste comme il l’avait promis: "Aucun malheur ne t’arriveras aucun fléau n’approchera de ta tente" Ces versets se rapportent à la Pâque que vivent les Chrétiens demeurant en Dieu.

 

Après la Pâque, ce fut la marche au désert vers le Pays de Canaan; la promesse faite au peuple d’être gardé par l’ange tout au long du voyage trouve exactement sa place aussitôt après la dernière plaie.

 

Nous aussi nous sommes des pèlerins en route vers la Patrie Céleste. Celui qui a opéré notre délivrance par le sacrifice de la Croix, a également pourvu à nos besoins tout au long du voyage qui doit nous mener au pays de la Promesse. Il n’est pas un seul point de notre parcours qui échappe à la vigilance divine.

 

I - Voies où la bénédiction n’est pas assurée.

 

"Toutes tes voies..."’ Mais il est des chemins qu’un chrétien ne doit pas suivre.

 

1. - La voie de la vanité. Quiconque s’engage dans cette voie joue avec le feu. Il jette un défi à l’autorité divine. "Jette-toi en bas..." disait Satan au Seigneur Jésus en invoquant la promesse que nous avons prise comme sujet à cette méditation. {Mt 4:6}

 

2. - La voie du péché, de la malhonnêteté, du mensonge, du vice, des pratiques du monde, etc...Dieu ne nous permet pas de nous prosterner dans la maison de Rimmon.

 

3. -La voie de la mondanité, de l’égoïsme, de la cupidité et de l’ambition...Voies que suivent les hommes assoiffés de prestige et d’honneur. Ce sont des voies obscures et tortueuses. Ce ne sont pas les voies de Dieu. Pr 28:22 1Ti 6:7.

 

4. - La voie de l’orgueil, du contentement de soi, des promesses prétentieuses, de la soi-disant perfection, etc..."L’orgueil précède la chute".

 

5. - Les voies de la volonté personnelle, de l’entêtement, de l’obstination, de l’imagination, des impulsions non contrôlées, etc... Jer 2:18

 

6. - Les voies des fausses doctrines, des pratiques nouvelles, des illusions flatteuses des rites raffinés... 2Ti 3:5.

 

II - Voies où la bénédiction est assurée.

 

1. - La voie de l’humble foi dans le Seigneur Jésus.

 

2. - La voie de l’obéissance aux principes bibliques.

 

3. - La voie de la confiance enfantine dans la providence divine.

 

4. - La voie de la parfaite intégrité et de l’obéissance stricte aux impératifs divins.

 

5. - La voie de la consécration et de la recherche de la gloire de Dieu.

 

6. - La voie de la séparation d’avec le monde et de la marche avec Dieu.

 

III - Difficultés de la route:

 

1. - Elle est susceptible de changements imprévus. "Toutes tes voies".

 

2. - Les cailloux = épreuves de la route risquent de blesser douloureusement le pèlerin. "Ton pied ne heurte une pierre".

 

3. - La tentation est inévitable.

 

4. - Elle risque de comporter des épreuves incompréhensibles. Il se peut que des démons hantent nos voies, mais les saint anges de Dieu nous protègent.

 

5. - Mais c’est une route parfaitement sûre, tandis que la route large et facile est pleine de dangers.

 

IV - Sécurité totale assurée à ceux qui marchent dans les voies de Dieu.

 

1. - Le Seigneur lui-même les tient en sa garde: "Il ordonnera à ses anges de te garder." C’est le Seigneur lui-même qui donnera à ses anges l’ordre de veiller sur ses enfants. Les soldats que le roi David avait chargé de veiller sur Absalom ne furent pas à la hauteur de leur tâche, mais il ne saurait en être de même des anges de Dieu.

 

2. - Des puissances mystérieuses sont à l’oeuvre pour garder les Chrétiens. Les anges veillent sur ceux qui leur sont confiés comme on veille sur un tout petit enfant. Quelle merveilleuse tendresse! Les anges au service des enfants des hommes!

 

3. - "Toutes choses (visibles et invisibles) concourent au bien de ceux qui aiment Dieu" "Tu as résolu de me sauver" Ps 71:3

 

4. - Chaque Chrétien est l’objet d’une vigilance particulière "Je te prendrai par la main, je te garderai." Esa 42:6; Ge 20:15.

 

5. - Cette vigilance n’est jamais en défaut. "Toutes tes voies." Ps 121:3,4

 

6. - Quel honneur pour nous: les êtres célestes nous servent de garde du corps.

 

7. - A l’origine de ces bienfaits, il y a Jésus-Christ. Les anges sont à son service pour exécuter ses ordres.

 

Quelques remarques supplémentaires

 

Ce n’est pas être considéré comme une déchéance pour les glorieux anges de Dieu que de veiller sur le plus faible des Chrétiens dans ses défaillances. C’est la tâche la plus humble qui se trouve accomplie par les êtres les plus glorieux.

 

Avec quelle énergie nous devrions veiller les uns sur les autres! Comme nous devrions chercher à les empêcher de sombrer! Et cela toutes les fois que cela nous est possible. Il n’y a rien d’angélique dans le fait de repousser un frère défaillant, bien au contraire!

 

Quels ne devraient pas être nos sentiments de paix et de confiance. Alexandre le Grand pouvait dormir en paix "car, disait-il, Parmenius veille" Quand on songe que des êtres surnaturels veillent sur nous, on se sent contraint à faire davantage attention à sa conduite.

 

La responsabilité de chacun est à la mesure de ses privilèges

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION 

 

FOI VICTORIEUSE

 

"Tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi". {1Jn 5:4}

 

Qu’est-ce que le monde dont il s’agit dans ce texte?

 

La puissance du péché tout autour de nous: L’influence qu’il exerce sur les hommes pour les conduire vers le mal leur rendant insupportable les commandements et les desseins de Dieu. Le Prince de ce monde porte en cela une très lourde responsabilité!

 

Ce monde est notre ennemi; à nous de le combattre.

 

Notre rôle est de lutter jusqu’à la victoire, faute de quoi, il nous vaincra.

 

I - Qu’est-ce exactement que "triomphe du monde"

 

 

- Ce n’est pas vivre en perpétuelle contradiction avec tout le monde.

 

- Ce n’est pas non plus refuser le combat

 

- Nous vivons constamment parmi les gens du monde. Soyons donc comme

des guerriers, constamment sur leurs gardes, et décidés à saisir la

victoire.

 

 

"Triompher du monde" c’est donc:

 

1. - Se détacher des coutumes du monde,

 

2. - Garder sa liberté d’action pour servir un Maître plus grand que celui qui régit le monde

 

Quiconque triomphe du monde place ses principes au-dessus de la crainte de la pauvreté et de son désir d’acquisition des biens matériels, au-dessus de ses supérieurs hiérarchiques, au-dessus également de ses ambitions personnelles ou de la crainte du jugement du de la puissance des hommes.

 

3. -S’élever au-dessus des contingences matérielles et trouver son bonheur dans les réalités invisibles.

 

4. - Se placer hors de l’atteinte des jugements du monde. Ses coutumes, ses tabous ne concernent pas les enfants de Dieu qui refusent d’accorder une valeur quelconque à ses lois ou à. ses jugements.

 

5. - Se placer en dehors de sa zone d’influence, considérer comme nuls les exemples qu’il offre et l’esprit qui l’anime. Nous avons été crucifiés à l’égard du monde, et pour nous le monde est crucifié.

 

6. - Refuser sa religion. Notre religion est basée sur Dieu et sur sa Parole. L’élément humain en est exclu.

 

Le meilleur exemple de cette victoire sur le monde est celui d’Abraham. Voyez comment il quitta son pays pour voyager solitaire. Voyez aussi sa conduite à l’égard de Lot, du roi de Sodome, à l’égard de son fils Isaac, etc.

 

II - Esprit de conquête

 

Qui donc possède cet esprit de conquête? - "Tout ce qui est né de Dieu"

 

1. - Seule la nouvelle nature est en mesure d’entreprendre ce combat...

 

2. - ...Et de poursuivre. Les autres s’arrêtent découragés.

 

3. - Cette nouvelle nature est faite pour la conquête.

 

Dieu est Seigneur. Ce qui est né de Lui participe à sa nature royale et conquérante.

 

 

- Cette nouvelle nature n’est pas une amélioration de l’ancienne.

 

- Elle n’est pas non plus une création coupée de toute relation avec

son Créateur.

 

- Mais il existe entre Dieu et l’homme né de nouveau une relation de

filiation directe, impliquant une identité de caractères et de droits

d’héritage.

 

- Le Créateur n’est pas sujet à la défaite, ses enfants non plus.

 

- Le premier-né d’entre ses frères Jésus-Christ n’a jamais subi de

défaite. Ceux qui ont choisi de vivre en conformité avec lui sont

donc certains de la victoire finale.

 

- Le Saint-Esprit qui demeure en nous combattra jusqu’à la victoire.

La seule pensée d’une éventuelle défaite est en elle-même

blasphématoire.

 

 

III - Instrument de la conquête

 

L’instrument de la conquête, "c’est notre foi".

 

La victoire est possible à condition que:

 

1. - Le chrétien ne perde pas de vue la récompense promise.

 

2. -Qu’il ne perde pas conscience des présences invisibles qui l’environnent

 

3. - Qu’il n’oublie pas qu’il est en Christ, au bénéfice de sa grâce.

 

Pour vaincre, apprenons à nous reposer en Jésus-Christ.

 

IV - But de la conquête "La victoire".

 

Il s’agit d’une victoire qui nous assure

 

1. - le salut, ce repos de la foi

 

2. -La conformité au modèle qui est Jésus-Christ, dans sa pleine sagesse de Fils de Dieu.

 

3. - La consolation, puisque Jésus nous rend participants à sa victoire.

 

 

      Un combat - Nés pour la bataille

 

      Un triomphe - Assurés de la victoire

 

 

C.H. SPURGEON


PLAN DE PREDICATION

 

ANTICIPATIONS

 

"Et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté, mais nous savons que lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est." {1Jn 3:2}

 

Malgré la conscience qu’il a de ses imperfections, le croyant, dans sa position actuelle, éprouve des sentiments de joie et de dignité renouvelées.

 

Sur le plan de la foi il a accédé à un statut entièrement nouveau, car il est maintenant "enfant de Dieu".

 

En tant qu’enfant de Dieu,

 

- Il n’est jamais loin du coeur de Dieu,

 

- Il se met à l’abri de son aile,

 

- Il demeure dans sa communion,

 

- Il trouve sa nourriture dans de verts pâturages

 

En dépit de tous ces avantages, aucun chrétien ne voudrait voir la vie terrestre se prolonger au-delà de certaines limites, car elle ressemble trop à un pèlerinage, à une aventure maritime ou guerrière, pour n’en pas souhaiter voir la fin.

 

Nous étudierons successivement les différentes affirmations de ce texte:

 

I - Ce que nous serons n’ a pas encore été manifesté

 

Durant le temps de notre vie sur terre notre personnalité spirituelle est comme voilée. Nous voyageons en quelque sorte "incognito".

 

1. - Notre Maître n’a pas révélé au monde ce qu’il était réellement dans sa nature profonde.

 

- sa gloire demeura voilée dans sa chair.

 

- sa divinité se cacha sous les infirmités humaines

 

- sa puissance disparut sous un fardeau de peine et de faiblesse

 

- sa richesse fit place à la pauvreté et à la douleur

 

Il a été fait chair, et le monde ne l’a pas connu.

 

2. - Le temps n’est pas encore venu de manifester pleinement ce que nous sommes réellement.

 

- Il n’y a aucune différence de traitement entre le serviteur et le

fils tant que celui-ci n’a pas atteint sa majorité.

 

- L’héritier demeure dans la dépendance jusqu’à son émancipation.

 

- Le prince a sa place dans les rangs de l’armée avant de monter sur

le trône.

 

- Il faut que le soleil se couche pour que se lève l’aube d’un nouveau matin.

 

- Il faut passer par le lycée avant d’aller à l’Université.

 

- Il faut accorder les instruments avant de jouer la symphonie.

 

3. -Le lieu n’est pas non plus favorable à la manifestation des réalités spirituelles, car:

 

 

- Il n’y a personne susceptible d’en apprécier la valeur. C’est

comme si des sages parlaient philosophie à des fous.

 

- La vie que nous menons -constamment en état de belligérance et

d’expectative - n’est guère favorable à un déploiement de majesté.

 

 

4. - Le temps n’est pas encore venu d’apparaître dans la gloire qui est la nôtre.

 

 

- La plante garde sa vitalité en hiver mais ne produit sa fleur

qu’en été.

 

- La marée descendante révèle le secret des mers, mais nos

paisibles rivières ne sont pas faites pour les navires de guerre.

 

- Il y a un temps pour chaque chose. Le temps de la gloire n’est

pas encore venu pour nous.

 

 

II - "Mais nous savons que lorsque cela sera manifesté".

 

1. - "Nous savons." Certitude de l’apparition du Seigneur.

 

2. - Notre foi acquiert une telle assurance qu’elle se transforme en connaissance certaine

 

- Jésus-Christ apparaîtra en personne sur cette terre

 

- Son apparition se produira dans une atmosphère de bonheur parfait

 

- Dans une gloire merveilleuse

 

- Son apparition est certaine et coïncidera avec notre propre

transformation.

 

Que de choses dépendent de cette apparition du Seigneur en gloire! Quelle espérance, quel bonheur, quelle satisfaction totale de toutes nos aspirations!

 

III - "Nous serons semblables à lui".

 

Nous aussi nous apparaîtrons et serons vus de tous, semblables au Christ en gloire,

 

Ce sera pour nous l’heure de la présentation à la cour.

 

1. - Notre corps sera semblable au sien. Spirituel - Incorruptible - Sans péché ni douleur - Revêtu de puissance et de beauté et cependant parfaitement réel et véritable.

 

2. - Notre âme sera semblable à la sienne. Parfaite dans la sainteté, la connaissance, l’épanouissement, la force, l’activité. Délivrée de la tentation, des conflits et de la souffrance.

 

3. -Nous aurons notre part de sa gloire et de ses fonctions: Rois, prêtres, conquérants, juges, fils de Dieu.

 

C’est pourquoi, il nous faut être dès maintenant semblables à Lui, si nous voulons être trouvés tels à son avènement.

 

IV - "Nous le verrons tel qu’il est"

 

1. - Nous le verrons et deviendrons semblables à lui.

 

2. - Nous le verrons, parce que notre nature est déjà identique à la sienne

 

3. -Nous le verrons, parce que seuls ceux qui ont le coeur pur verront Dieu.

 

4. - Nous le verrons

 

- et nous nous en réjouirons

 

- nous en serons transformés.

 

- transfigurés

 

- rassasiés de bonheur, car il demeurera avec nous.

 

Voilà notre avenir, simplement parce que nous sommes enfants de Dieu.

 

Ne nous donnons point de repos tant que nous ne sommes pas devenus enfants de Dieu par la puissance de Jésus-Christ, et ensuite joyeux allons recueillir l’héritage réservé aux fils!

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

INTERCESSION EN FAVEUR DE L’EGLISE

 

"Maintenant donc, ô notre Dieu, écoute la prière et les supplications de ton serviteur, et pour l’amour du Seigneur, fais briller ta face sur ton sanctuaire dévasté". {Da 9:17}

 

Voici un homme au coeur pur et qui n’est pas égocentrique! Daniel brûle d’un amour ardent pour son pays.

 

Sa fidélité au Seigneur a été récompensée par des honneurs sur le plan social, mais il ne saurait se satisfaire du confort et de l’aisance dont il jouit.

 

Il s’est adonné à la recherche et à l’étude des questions spirituelles et maintenant il commence à prier.

 

A la méditation devrait toujours succéder l’intercession.

 

Cette prière de Daniel mérite une étude particulière, car elle renferme les caractéristiques de la prière modèle en faveur de l’église actuelle.

 

I - Le lieu saint "Le sanctuaire"

 

Le lieu mentionné, le temple, est symbolique et nous placerons le développement qui va suivre sur le plan spirituel. Nous nous contenterons cependant de quelques remarques:

 

1. - Il n’y avait qu’un seul temple. Le seul qui existât aux yeux de Dieu, de même qu’à ses yeux il n’existe qu’une seule et unique église.

 

2. - Le temple était d’une "splendeur inégalée," De même aux yeux de Dieu et des êtres spirituels, telle est l’église qui contient la gloire de Dieu.

 

3. -La construction du Temple avait été une oeuvre de sagesse. Le roi Salomon en avait fait assurer l’exécution. Or, de l’église on dit "Il y a ici plus grand que Salomon".

 

4. - La construction du temple avait été achevée au prix d’un énorme labeur et d’un gros effort financier. L’édification de l’église ne peut être assurée qu’au prix d’un sacrifice d’une valeur absolument inestimable.

 

5. - Le Temple était le sanctuaire où résidait l’Eternel.

 

6. - C’était le lieu où on allait lui apporter l’adoration.

 

7. - C’était le trône de sa puissance. C’est de Jérusalem que partait la parole de l’Eternel, c’est de là qu’il mettait en déroute ses ennemis.

 

L’église de Jésus-Christ sera dans les derniers jours exactement l’opposé du temple, de même que l’église d’aujourd’hui est l’opposé du tabernacle dans le désert.

 

II - La prière fervente "Fais briller ta face sur ton sanctuaire dévasté".

 

1. - Prière qui s’élève au-dessus du niveau de la requête égoïste. C’est la seule prière de Daniel, celle qui résume toutes les autres.

 

2. - Cette prière est l’expression de ses préoccupations profondes {Da 9:2}

 

Car Daniel a réfléchi à l’état de péché de son peuple, au châtiment qui est tombé sur lui, ainsi qu’à ses perspectives d’avenir.

 

De telles prières sont significatives des préoccupations profondes d’une personne et ont beaucoup plus de valeur dynamique que des prières irréfléchies

 

3. - C’est une prière qui s’appuie uniquement sur Dieu. "Ô notre Dieu"

 

4. - C’est une constatation d’impuissance personnelle. Quand on est honnête avec Dieu, on ne lui demande pas de faire ce que l’on peut faire soi-même.

 

5. - C’est une prière qui résume beaucoup de choses en peu de mots. "Fais briller ta face sur ton sanctuaire". Ce sont ces mêmes choses que nous demandons à Dieu pour l’église d’aujourd’hui.

 

1. - Des murs solides et des fondements solides.

 

2. -Des pasteurs à leur place et fidèles dans leur ministère.

 

3. - Une adoration acceptable devant Dieu.

 

4. - La vérité proclamée en toute clarté. La face de Dieu ne peut briller sur le mensonge ou le compromis.

 

5. - La beauté de la sainteté éclatante aux yeux de tous. Quand le Dieu Saint se montre satisfait, sa sainteté se répand sur tous ses serviteurs.

 

6. - La joie dans la communion. Les rachetés sont heureux de marcher avec Dieu.

 

7. - La puissance dans le témoignage. Quand Dieu est satisfait, sa parole est puissante tout ce qui est entrepris en Son nom devient réussite.

 

6. - C’est une prière. qui résume des besoins essentiels:

 

 

- Pour l’église: Unité, Vie, Puissance, Joie; etc...

 

- Pour le monde Lumière et Conversion. Une église attristée est

battue d’avance.

 

- Pour nous-mêmes: Edification

 

- Pour nos enfants: Le Salut.

 

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

ET ALORS...?

 

"Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l’impie et le pécheur"? {1Pi 4:18}

 

"Se sauve avec peine..." Idée de difficulté dans le salut. On trouve des gens pour croire qu’il est tout simple et facile de croire;

 

Mais quand le prophète s’écrie: "Qui a cru à notre prédication?" La résonance de ses paroles est tout autre de la simplicité, de la facilité. Jésus lui-même se demande s’il trouvera de la foi sur la terre quand il y reviendra...

 

On en trouve d’autres pour dire qu’il est aisé de persévérer jusqu’à la fin, mais seuls ceux qui gardent leur yeux tournés vers le Seigneur savent ce que cela exige d’abnégation et de peine.

 

On ne saurait prendre le salut ou la perdition éternelle à la légère.

 

Le salut exige la mise en oeuvre de la toute puissante grâce de Dieu, tandis que l’on risque de courir à la perdition par simple négligence.

 

I - Constatations: "Le juste se sauve avec peine".

 

1. - L’examen du contexte montre que le juste lui-même n’échappe qu’à grand peine au châtiment à cause de la rigueur des jugements de Dieu. "Le jugement commence par la maison de Dieu".

 

Jugement parfaitement équitable et juste, basé sur les réactions aux différentes épreuves aussi nombreuses que variées par lesquelles passe un enfant de Dieu.

 

Songez au froment, qui, avant d’apparaître sur la table passe par les mains du moissonneur, du minotier et du boulanger...

 

Nous aussi, nous sommes entre les mains du Dieu jaloux qui juge de la qualité de notre vie spirituelle. Oh! la grâce abondante nécessaire pour subir toutes ses épreuves!

 

2. - Les expériences des autres chrétiens nous amènent à la même conclusion, car eux aussi ont quelquefois trouvé dur de:

 

- Se confier uniquement en Christ dans une situation de pécheurs.

 

- Lutter jour après jour contre leur nature charnelle.

 

- Résister au monde avec ses séductions, ses menaces et ses habitudes

 

- Vaincre Satan et ses horribles tentations.

 

- Atteindre un certain niveau de sainteté et s’y maintenir.

 

- Accomplir les tâches qui s’imposent dans un esprit d’humilité et de

sainteté.

 

- Se présenter devant le tribunal dune conscience aiguisée et

purifiée pour y recevoir un verdict d’acquittement.

 

3. -C’est aussi le témoignage de ceux qui sont arrivés au port. "Ce sont ceux qui ont passé par la grande tribulation".

 

II - Première déduction - "Que deviendront l’impie et le pécheur?"

 

1. - Si les tests sont aussi sévères pour l’or pur, comment les alliages pourront-ils résister?

 

2. - Si le ciel est réservé à un si petit nombre de gens, qu’arrivera-t-il à tous ceux qui sont appelés, mais non élus?

 

- Qu’adviendra-t-il de ceux qui ne reconnaissent pas l’existence de

Dieu?

 

- De ceux qui ne reconnaissent pas la nécessité d’un Sauveur?

 

- De ceux qui méprisent l’Esprit?

 

- De ceux qui n’ont que faire de la prière, de la Parole et des

promesses divines?

 

- De ceux qui se montrent négligents?

 

- De ceux qui n’ont point accepté la vérité?

 

Si des édifices solides ne sont pas en mesure de résister au feu, qu’en sera-t-il du bois, du chaume ou de la paille?

 

3. -S’il faut de telles balances pour évaluer la qualité du chrétien, à quel poids y sera évalué l’impie qui professe ouvertement son athéisme.

 

III - Deuxième déduction - Qu’adviendra-t-il des hypocrites?

 

S’il est vrai que le vrai chrétien doive passer par un tel creuset, de quelle utilité pourront être:

 

- Les cérémonies ritualistes de ceux pour qui la forme prime le fonds

 

- Les professions de foi hypocrites?

 

- Les pensées présomptueuses quand l’orgueil ne pourra plus les

étayer?

 

- Les doctrines d’une parfaite orthodoxie sans la foi qui leur donne

vie?

 

Plus élevée aura été la dignité, plus retentissante sera la chute.

 

IV - Troisième déduction - Alors, il y a un espoir de salut pour le chrétien qui passe par la tentation.

 

De ce texte il apparaît que les chrétiens les plus sincères ne sont sauvés qu’avec peine, donc un chrétien aux prises avec l’épreuve, n’est pas désavoué par Dieu.

 

Il peut lui arriver d’être ébranlé par la corruption ambiante,

 

ou douloureusement atteint par les persécutions dont il est l’objet,

 

ou bien encore perplexe devant les tentations qui s’abattent sur lui

 

ou arrêté dans son progrès par l’absence de cette joie intérieure qui faisait sa force.

 

ou en échec devant le péché parce que sa foi n’a pas été assez profonde.

 

Mais dans toutes ces épreuves, il est en communion avec les chrétiens de tous les âges passés sur la terre. Ils ont reçu le salut, nous le recevrons aussi!

 

V - Quatrième déduction - Comme il sera bon d’être au ciel!

 

 

- Là nos peines seront terminées pour toujours.

 

- Les épreuves de la terre nous aurons préparés pour le bonheur

éternel.

 

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

PRETEZ L’OREILLE!

 

"Gardez-vous de refuser d’entendre celui qui parle. Car si ceux-là n’ont pas échappé qui refusèrent d’entendre celui qui publiait des oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux". {Heb 12:25}

 

Jésus nous parle encore à travers l’Evangile.

 

Quel privilège pour nous de pouvoir entendre une voix si douce, apportant un message doué d’une telle puissance.

 

Quel affreux péché que de refuser de prêter l’oreille à la voix du Sauveur.

 

Voici une exhortation pressante qui réclame notre déférente attention.

 

I - Exhortation opportune pour diverses raisons

 

1. - La teneur du message exige une attention sans faille.

 

2. - La promptitude avec laquelle Satan veut nous empêcher de recevoir la Parole est bien inquiétante.

 

3. - Inquiétante aussi notre attitude de refus devant le message céleste et divin.

 

4. - De même que les délais toujours prolongés que nous nous accordons. Le seul choix acceptable est d’écouter, et d’écouter aujourd’hui.

 

5. Considérez l’amour contenu dans cette exhortation. Soyez-y attentif et répondez à l’amour de Dieu par l’amour de vos coeurs.

 

II - Il y a diverses façons de refuser d’ écouter

 

On peut:

 

1. - S’abstenir d’entendre. On ne va plus au culte, on ne lit plus sa Bible "On se détourne de celui qui parle"

 

2. - Ecouter distraitement. Dans un demi-sommeil, sans se trouver directement concerné.

 

3. -Refuser de croire. Ou bien se contenter d’une croyance abstraite qui n’engage pas le coeur.

 

4. - Contester la Parole. Discuter sur des passages difficiles, terrain d’élection de l’incrédulité.

 

5. - Se vexer. Considérer comme insupportables les condamnations parfaitement claires de l’Evangile.

 

6. - Tordre le sens des Ecritures

 

7. - Repousser la Parole. Endurcir sa conscience, jouer avec le péché, rechercher la compagnie des incrédules.

 

8. - Mépriser la Parole. Refuser d’admettre la divinité du Christ. Avoir des sentiments de haine pour l’Evangile et ses exigences.

 

9. - Persécuter les fidèles. Sur le plan général et à titre individuel

 

III - Motifs du refus

 

1. - Une totale indifférence, teintée de mépris pour ce qui a une quelconque valeur morale.

 

2. - Une position extérieurement inattaquable de justice qui fait que l’individu ne ressent pas le besoin d’un Sauveur.

 

3. -Une sagesse à l’échelle humaine, beaucoup trop orgueilleuse pour prêter l’oreille à la voix divine.

 

4. - Une haine implacable pour la sanctification qui fait que l’individu préfère l’obstination à l’obéissance, la souillure à la pureté, I’égoïsme humain à le générosité divine.

 

5. - La sensibilité au monde à ses menaces, à sa corruption, ses flatteries sa moquerie.

 

6. - Une attitude qui consiste à toujours remettre à un lendemain...qui n’arrive jamais.

 

7. - Le désespoir et l’incrédulité qui ne trouve dans l’Evangile ni un moyen de salut, ni un réconfort bienfaisant.

 

IV - Attitude qui trahit le mépris pour la personne de Jésus-Christ

 

"Celui qui parle du haut des cieux".

 

1. - Celui qui est de nature divine et nous transmet la connaissance qu’il possède de Dieu et du ciel.

 

2. - Celui qui vient du Ciel, revêtu de l’autorité divine.

 

3. -Celui qui parle maintenant par le Saint-Esprit, par les Saintes Écritures et par la prédication de l’Évangile.

 

4. - Celui qui parlera du ciel, au jour du jugement.

 

En Lui réside la divinité et il imprime donc la marque de la divinité sur tout ce qui le concerne.

 

V - Condamnation certaine

 

Ceux qui entendirent les paroles de Moïse et n’y prirent pas garde, ne purent échapper au châtiment.

 

1. - Arrêtons-nous un instant sur leur cas et songeons que la condamnation de ceux qui refusent Christ est également certaine.

 

 

- Pharaon et les Egyptiens

 

- Ceux qui murmurèrent dans le désert

 

- Coré, Abiran, Dathan.

 

 

2 - Considérons maintenant le cas de ceux qui périrent au temps de l’église:

 

 

- Judas, Ananias et Saphira.

 

 

3. - Aussi certain est le jugement attendant ceux qui préfèrent rester dans le monde et refusent d’entrer au bercail de Jésus-Christ.

 

 

- Ils n’y échapperont pas. Le purgatoire, ni les théories du

Nihilisme ne les en protégeront pas.

 

- Ils ne trouveront aucune échappatoire, s’ils refusent la seule voie

de salut ouverte à l’humanité, soit à cause de leur infidélité ou de

la dureté de leur coeur, soit à cause de leur ruse ou de leur

hypocrisie.

 

 

Au lieu de refuser, écoutez, apprenez, obéissez.

 

Au lieu de la malédiction, entrez dans la bénédiction.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PRÉDICATION

 

NON JAMAIS!

 

"Car Dieu lui-même a dit: Je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point." {Heb 13:5}

 

Parole divine venant tout droit de Dieu. "Dieu lui-même a dit".

 

C’est une promesse plusieurs fois répétée: "Dieu...a dit".

 

Nous voici en présence d’un texte d’une extraordinaire richesse. Une simple phrase aussi forte de signification qu’elle est concise de forme.

 

L’équivoque est impossible. Le texte est clair. C’est du "solide".

 

Veuille le Saint Esprit éclairer pour nous les trésors enfermés dans cette courte phrase.

 

I - Citation

 

Guidé par le Saint Esprit, Paul cite l’Ancien Testament alors qu’il aurait fort bien pu employer d’autres termes.

 

- C’est une façon d’honorer des textes déjà connus;

 

- Et de nous montrer que des paroles adressées aux fidèles des temps passés peuvent s’appliquer à notre cas.

 

- A noter qu’il ne reprend pas les termes dans leur ordre exact, nous montrant par là que ce n’est pas la lettre, mais l’Esprit qui compte.

 

REFERENCES

 

Ge 28:15 "Je ne t’abandonnerai point que je n’aie exécuté ce que je te dis." Jacob quittant la maison familiale, figure des jeunes chrétiens quittant le foyer pour entrer dans le monde des adultes.

 

De 1:8 "Il sera lui-même avec toi, il ne te délaissera point il ne t’abandonnera point" Josué, type de ceux qui sont appelés à prendre des responsabilités dans des guerres et des combats où leur courage va être mis à rude épreuve.

 

1Ch 28:20 "Il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point, jusqu’à ce que tout l’ouvrage pour le service de la maison de l’Éternel soit achevé". Salomon, type de ceux qui ont de lourdes responsabilités exigeant une grande sagesse. Ce n’est pas un temple de prières que nous avons à construire, mais un édifice spirituel.

 

- Esa 41:10 "Ne crains rien, car je sais avec toi." Israël type du peuple de Dieu dans la détresse et l’affliction.

 

II - Certitude pour les gens de la Maison de Dieu.

 

1. - Valeur d’une phrase prononcée par Dieu lui-même. "Dieu lui-même a dit"

 

2. - Valeur d’une phrase qui, dans le texte grec, ne comporte pas moins de 5 locutions négatives.

 

3. - Valeur d’une phrase qui place le peuple dans une relation directe avec Dieu "Je...te,"

 

4. - Qui assure le peuple de la présence et du secours de Dieu. Présence et secours particulièrement efficaces!

 

5. - Garantie. Dieu avec nous. Certitude de succès

 

6. - Et assurance que le plus grand des périls nous sera évité: la privation de la présence de Dieu.

 

7. - Paroles que Dieu seul pouvait prononcer, et dont il pouvait seul garantir l’authenticité. Personne d’autre que lui ne peut réellement, demeurer avec nous à l’heure de l’agonie, de la mort et du jugement.

 

8. - Paroles valables pour les cas, quels qu’ils soient, dans lesquels nous risquons de nous trouver: ennuis, dangers, séparation, faiblesse, difficultés, etc...Valables pour le temps et l’éternité.

 

9. - Paroles derrière lesquelles il y a tout l’amour, la fidélité et le caractère immuable de Dieu.

 

10. - Paroles dont l’authenticité se vérifie pour nous et les gens de notre entourage.

 

III - Satisfaction - "Contentez-vous de ce que vous avez"

 

ce qui nous conduit à:

 

 

- Vivre en fonction des choses invisibles, quand nous sommes dans

l’abondance.

 

- Nous satisfaire des conditions dans lesquelles nous sommes quand

l’abondance fait place à la pénurie.

 

- Nous sentir assurés de la bonté du Dieu qui satisfera tous nos

besoins

 

- Posséder un sentiment de satisfaction plus grand, plus profond,

plus certain que les richesses de la terre ne sauraient jamais nous

donner.

 

- Reconnaître que le mécontentement que nous pourrions exprimer est

une sorte de blasphème en face de Dieu.

 

 

Puisque Dieu est toujours avec nous, n’avons-nous pas une totale assurance?

 

IV - Source d’encouragement - "L’Éternel est mon secours, que peut -me faire un homme?"

 

1. - Mon secours est plus puissant que mon ennemi. "Jéhovah est mon secours"

 

2. - Il tient nos ennemis à sa merci. "Que peut me faire un homme?"

 

3. - Si Dieu permet l’affliction, il nous soutiendra quand nous en connaîtrons l’amertume.

 

Comme ces quelques mots sont en eux-mêmes dynamiques! Et comme ils nous empêchent de nous laisser aller à l’angoisse et à la panique.

 

Ne soyons pas lents à nous engager dans la voie que le Saint Esprit nous montre comme le chemin à suivre.

 

C. H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

AMOUR DIVIN

 

"C’est pourquoi voici, je veux l’attirer et le conduire au désert, et je parlerai à son coeur" {Os 2:16}

 

La première partie de ce chapitre est une mise en accusation suivie de menaces à l’égard de la nation rebelle.

 

Et voici qu’en contraste, la deuxième partie est toute grâce et compassion.

 

Il faut d’abord y voir l’attitude de Dieu à l’égard du pécheur sous l’ancienne alliance (1ere partie du chapitre) et sous la nouvelle alliance (2eme partie du chapitre) dont le verset 26 est en quelque sorte une image.

 

La compassion divine à l’égard du pécheur s’exprime par des mots qui dépassent la logique humaine.

 

I - Motivations divines - "C’est pourquoi"

 

- Les premiers mots de ce verset servent à introduire une explication logique.

 

- Les versets précédents décrivent le péché le plus grossier et voici que Dieu trouve une justification logique à l’action de grâce dans la vie du pécheur.

 

1. - C’est dire que Dieu se trouve des justifications là où il n’y en a pas. Pourquoi aurait-il choisi de répandre sa bénédiction sur Israël...ou sur l’un de nous?

 

2. - Dieu se donne des raisons qui dépassent la logique humaine. Plus son peuple s’acharne dans ses mauvaises voies, plus loin va l’amour du Dieu qui veut l’arracher à son égarement.

 

3. - Dieu se trouve une justification à une action positive à partir d’une situation qui devrait provoquer des réactions négatives. "Elle allait...et m’oubliait," dit l’Eternel. "C’est pourquoi je veux l’attirer..." Péché..., grâce.

 

4. - Le but ultime de sa démarche est de "parler au coeur" rebelle. C’est la preuve d’un immense amour que de s’abaisser à discuter avec les hommes.

 

Dieu dans sa grâce souveraine s’est choisi un peuple. Mais il a résolu de s’attacher ce peuple par des liens d’amour, "C’est pourquoi" il entreprend une action dans ce sens.

 

II - Méthode d’action - "Je veux l’attirer"

 

1. - La puissance d’attraction de l’amour est supérieure à toute autre force. D’autres méthodes ont été tentées:

 

 

- L’affliction, une haie d’épine {Os 2:6}

 

- L’enseignement suivi de travaux pratiques {Os 2:8}

 

- La privation du nécessaire {Os 2:9}

 

- La confrontation avec le péché {Os 2:10}

 

- Les peines ajoutées aux peines {Os 2:11,12}

 

 

Mais la douceur va réussir là où le châtiment aura échoué.

 

2. - La puissance d’attraction de l’amour l’emporte sur la résistance.

 

 

- Assaillis, nous nous défendons

 

- Attirés, nous cédons.

 

 

3. - La puissance d’attraction de la grâce a bien des armes à sa disposition.

 

 

- La personne, l’oeuvre et l’amour du Seigneur Jésus réduisent les

hommes à sa merci.

 

- Le caractère de gratuité et de générosité du pardon accordé par son

sacrifice triomphe de toute opposition.

 

- La grâce et la vérité exprimées dans la nouvelle alliance viennent

à bout de toute résistance.

 

- Le coeur du croyant est submergé par des sentiments de gratitude

lorsqu’il considère la valeur de l’adoption et de l’héritage dont il

devient bénéficiaire.

 

- Le sentiment d’une paix parfaite à l’heure présente joint à la

perspective de la gloire à venir exerce sur l’homme une attraction

non négligeable.

 

 

III - Solitude

 

1. - La solitude, tel est désormais son lot. Loin de la tentation, loin des sollicitations ou des soutiens extérieurs. Tous ses amants se sont éloignés. Que pourraient-ils faire pour elle?

 

2. - Solitude certes, mais avec Dieu. Il devient alors le point central vers lequel convergent ses désirs, ses sentiments de confiance et d’ amour.

 

3. - Solitude au désert - Exemple d’Israël au désert pour qui Dieu était à la fois le Défenseur, le Guide le Soutien, la Manne, le Grand médecin, l’objet unique de leur adoration! le seul Roi.

 

4. - Solitude au désert afin qu’en elle Dieu puisse mener à bien la tâche qu’il avait accomplie pour Israël dans des circonstances identiques:

 

 

- Oeuvre d’éducation, d’enseignement et de préparation en vue du repos

promis. Par dessus tout qu’elle soit "mise à part" pour le

Seigneur.

 

 

IV - Réconfort - "Je parlerai à son coeur".

 

1. - Le seul vrai réconfort de l’âme lui est donné quand elle est seule seul avec Dieu. La parole divine trouve une résonance dans le coeur humain et fait vibrer la corde sentimentale.

 

2. - La paix de Dieu descend alors dans la vie du chrétien qui la reçoit et s’en empare.

 

 

- Avec une gratitude renouvelée: "Elle chantera comme au temps de

sa jeunesse". {Os 2:17}

 

- Avec une confiance accrue {Os 2:18}

 

- Dans un esprit de paix {Os 2:18}

 

- Avec une vision plus claire de l’éternité de l’amour divin {Os

2:21,22}

 

- Avec la certitude renouvelée d’une union plus intime et d’un

bonheur éternel. Car les fiançailles sont la promesse du mariage.

 

 

Impossible de ne pas se laisser gagner par des promesses si claires et si encourageantes.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

PEDAGOGIE DIVINE

 

"Lui qui...a appris, bien qu’il fût Fils l’obéissance par les choses qu’il a souffertes". {Heb 5:7,8}

 

Il y a toujours une consolation pour nous à voir la façon dont le Seigneur Jésus a été traité quand il était sur la terre.

 

Quand nous le voyons passer au creuset de l’épreuve, nous admettons plus facilement d’y passer nous-mêmes.

 

Et pourtant il est la seule personne au monde à qui le châtiment eût dû être épargné!

 

Lui qui est pour nous une sorte de Frère Aîné et que nous voyons au fort de l’agonie et de la souffrance, il nous exhorte à obéir à la volonté de Dieu dans une attitude d’entière soumission.

 

I - La filiation directe n’exclut pas la souffrance.

 

1. - Jésus, le Fils de Dieu a connu la souffrance.

 

 

Et pourtant il était Fils Unique

 

Fils Aîné, ayant droit à tous les égards

 

Fils dont la fidélité et la pureté furent absolues

 

Fils qui attendait d’être glorifié.

 

 

2. - Quels que soient les dons que les Enfants de Dieu reçoivent en partage, la souffrance ne leur sera. pas épargnée.

 

3. - Quel que soit leur degré de sainteté et de soumission, ils passeront obligatoirement par l’école de la souffrance.

 

4. - Aucune prière des Enfants de Dieu, quelque fervente qu’elle soit, n’ôtera toute épine de leur chair.

 

5. - Quelque sublime que puisse être l’amour dans le coeur d’un enfant de Dieu, il lui faudra quand même passer par le feu de l’épreuve.

 

L’amour et la sagesse de Dieu maintiennent la discipline dans sa. famille car tous sans exception sont héritiers du ciel.

 

II - La souffrance n’altère en rien la qualité de Fils.

 

Le Seigneur Jésus demeure encore ici notre grand exemple.

 

1. - Il demeurera le Fils de Dieu bien que vivant dans le dénuement {Lu 2:12}

 

2. - Sa conviction ne fut pas ébranlée malgré la tentation dans le désert {Mt 4:3}

 

3. - Ni lorsqu’il se vit l’objet de la médisance {Jn 10:36}

 

4. - Ni lorsqu’il se trouva seul dans sa peine et sa crainte {Mt 26:39}

 

5. - Abandonné de tous {Jn 16:32}

 

6. - Abandonné de Dieu lui-même {Lu 23:46}

 

7. - Traversant solitaire le sombre pas sage de la mort, {Mr 15:39} montrant par son triomphe qu’il avait l’approbation du Père {Jn 20:17} Christ "l’homme de douleurs, habitué à la souffrance".

 

III - Même les Fils doivent apprendre l’obéissance.

 

Même celui en qui il n’y avait pas la moindre souillure, mais qui vécut dans la perfection et l’intégrité absolue, dut lui aussi apprendre l’obéissance car elle s’apprend.

 

1. - Par Expérience: C’est seulement en passant par la souffrance que l’on en comprend l’amertume et que l’on apprend comment réagir à titre individuel.

 

2. - Et non par une pure rhétorique.

 

Les plus beaux discours ‘ne sont d’aucun secours,

 

Les expériences des autres sont parfaitement inutiles, autant qu’une perpétuelle activité qui nous occuperait l’esprit plus qu’elle nous rendrait obéissant: il faut passer par la souffrance.

 

3. - L’obéissance est valable pour la terre et le ciel.

 

 

- pour la terre car elle nous rend capables de mieux comprendre notre

prochain.

 

- pour le ciel car la louange apportée au Sauveur sera ainsi épurée

par l’expérience.

 

 

IV - Valeur pédagogique de la souffrance.

 

La souffrance est le meilleur des pédagogues qui soit, car:

 

1. - Elle atteint l’homme dans tout son être: son coeur, sa chair et ses os.

 

2. - Elle met en évidence I’oeuvre de la pure grâce en nos coeurs et balaie tous les faux semblants qui, loin d’être des marques d’obéissance ne sont que des expressions de la volonté personnelle.

 

3. - Elle va jusqu’au tréfonds de notre être, passe au crible les caractéristiques de notre nouvelle nature, établissant par là même une distinction entre le vrai et le faux et faisant apparaître la qualité de notre vie spirituelle (repentance, foi et prière).

 

4. - C’ est une mise à l’épreuve de notre persévérance qui nous permet de savoir à quel point, d’obéissance nous sommes parvenus. Pouvons-nous dire: "Même s’Il me frappe, c’est en Lui que je place ma confiance".

 

 

- La question qui se pose à nous:

"Suis-je véritablement Enfant de Dieu"?

 

- L’aspiration de nos coeurs:

"Apprends-moi l’obéissance"

 

- La discipline librement consentie:

"J’accepte la souffrance".

 

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

AMOUR ET VIE

 

"Nous savons que nous sommes passée de la mort à la vie parce que nous aimons les frères". {1Jn 3:4}

 

Les faits spirituels dont nous nous entretenons font partie du domaine de la connaissance.

 

A peu près tous les versets de cette épître font état de cette connaissance "Nous savons".

 

I - Nous savons que nous étions morts

 

1. - Nous étions sans réaction lorsque nous nous trouvions en contact avec la loi et l’évangile

 

2. - Nous n’éprouvions ni faim ni soif de justice,

 

3. - Incapables de faire un mouvement pour nous approcher de Dieu.

 

4. - Nous ne connaissions pas le souffle de la prière ni des aspirations spirituelles

 

5. - Nous présentions déjà des signes de corruption, même avancée.

 

II - Nous savons que nous sommes passés par une transformation profonde

 

1. - Une inversion totale du processus qui nous conduisait de la vie à la mort.

 

2. - Qui n’est pas plus facile à décrire que le passage par la mort.

 

3. -Processus dont les manifestations extérieures varient avec l’individu mais qui demeure invariable dans ses éléments fondamentaux,

 

4. - Dont nous indiquons ci-dessous le déroulement habituel:

 

 

- Malaise spirituel

 

- Constat d’échec. Sentiment de tristesse devant la faiblesse humaine

se concrétisant par une foi qui s’en remet pleinement au Seigneur

 

- Provoque la repentance et la purification des péchés,

 

- Se prolonge par une marche dans la sanctification,

 

- Trouve son apothéose dans un bonheur éternel.

 

 

5. - Le moment où ce changement radical se produit est une source infinie de reconnaissance et de louange pour le chrétien sur la terre et dans l’éternité.

 

III - Nous savons que nous sommes en vie.

 

Nous savons:

 

1. - Que nous ne tombons plus sous le coup de la condamnation.

 

2. - Que la foi a transformé notre sensibilité: Nous prenons conscience d’un monde qui jusque là nous était étranger, nous entrons dans le domaine spirituel.

 

3. -Que nos espoirs, nos craintes, nos aspirations ont changé.

 

4. - Que nous entrons dans une société différente: celle des chrétiens, des anges, celle de Dieu.

 

5. - Que nos aspirations sont différentes: nous avons besoin de sentir le souffle de l’Esprit, nous avons besoin de nourriture et d’enseignements spirituels.

 

6. - Que cette vie nouvelle nous assure une félicité éternelle.

 

IV - Nous savons que nous vivons parce que nous aimons. "Nous aimons les frères"

 

Nous les aimons:

 

1. - à cause de Christ,

 

2. - A cause de la vérité,

 

3. - Pour eux-mêmes,

 

4. - Quand le monde les hait.

 

5. - Nous aimons leur compagnie, leur conversation, leur exemple

 

6. - Nous les aimons malgré leurs défauts, leurs infirmités, leur maladresse.

 

Sachons toujours manifester des sentiments de générosité à leur égard.

 

En agissant ainsi, nous saurons que la grâce est vraiment à l’oeuvre dans nos coeurs.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

GRACE PLUS EXCELLENTE

 

"Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente." {Jas 4:6}

 

Bien que son épître contienne surtout des enseignements d’ordre pratique, l’apôtre Jacques ne manque pas une occasion d’insister sur la grâce. divine. Nombre de prédicateurs modernes ne s’en donnent même pas la peine.

 

C’est une erreur que de s’arrêter à un résultat obtenu sans en rechercher la cause. Et si l’on y regarde bien, la grâce est à l’origine de toute vertu.

 

Il y a deux choses à considérer:

 

 

1. - La source de la grâce intérieure agissant en nous

 

2. - Les multiples activités qui en sont la manifestation extérieure.

 

 

De par sa nature même, la grâce nous contraint à la pratique du bien. Or Dieu seul est capable d’implanter cette grâce en nos coeurs et de la protéger des attaques de l’adversaire.

 

Nos échecs ne font que souligner la nécessité d’une grâce encore plus abondante.

 

Voyez la générosité de Dieu: Toujours prêt à donner une mesure plus abondante de sa grâce.

 

I - Relisons ce texte dans cette perspective

 

1. - Il est basé sur un contraste. "Il accorde, au contraire une grâce plus excellente."

 

Deux motivations opposées: "Vous demandez mal dans le but de satisfaire vos passions". Mais Dieu "accorde une grâce plus excellente".

 

2. - Il exprime une sorte d’émerveillement:

 

 

- Quand le péché abonde, la grâce surabonde

 

- Quand nous prenons conscience de notre faiblesse, Dieu accorde

"une grâce plus excellente".

 

 

3. - Il renferme des indications précieuses sur la façon de nous conduire.

 

 

- Nous savons maintenant où nous adresser pour trouver les armes

efficaces pour le combat: Regardons à celui qui accorde sa grâce.

 

- Nous connaissons enfin la qualité de ces armes: Nous ne sommes plus

sur le terrain du légalisme, de l’imagination ou de l’ascétisme, mais

sur le terrain de la grâce. "Il accorde une grâce plus

excellente".

 

- Nous savons qu’à l’encontre de la recherche des satisfactions

coupables il y a une seule attitude: la recherche des satisfactions

spirituelles et de la grâce surabondante.

 

 

4. - Il contient un encouragement à la poursuite du combat. Aussi longtemps qu’une passion quelconque cherchera, à se manifester dans le coeur du croyant, Dieu lui donnera la grâce de lutter contre elle.

 

Plus amère est pour nous la défaite devant le péché, plus abondante sera la grâce si nous croyons en Jésus-Christ pour être sauvés.

 

5. - Il contient la promesse de la victoire.

 

Dieu "accorde une grâce plus excellente". Dans cette phrase une promesse est implicitement contenue:

 

 

- Dieu ne nous abandonnera jamais. Au contraire, la mesure de grâce

qu’il nous accorde ne fait que grandir en sorte que finalement, le

péché sera dans l’obligation de lâcher pied et de céder devant la

puissance envahissante de la grâce sanctifiante.

 

- Gloire à Dieu qui, nous ayant un jour accordé sa grâce continuera à

la déverser en nos coeurs jusqu’à l’heure où il nous appellera à

vivre dans son ciel, auprès de lui. Grâce abondante, surabondante,

infinie, sans limites...

 

 

II - Considérons maintenant ce texte sur le plan général

 

Dieu est toujours du côté de la générosité. Le verbe est au présent indiquant une habitude générale. "Il accorde une grâce plus excellente".

 

1. - Une grâce qui se renouvelle

 

2. - Qui va en augmentant

 

3. - Dont la qualité s’affine

 

4. - En même temps que s’affirme sa puissance dans la mesure où il y a une recrudescence du péché.

 

Tout ceci devrait être:

 

1. -Notre expérience de chaque jour

 

2. - Le but des prières que nous formulons pour les autres,

 

3. -Un stimulant pour nous, lorsque Dieu nous appelle à des responsabilités plus élevées en même temps qu’un encouragement en vue de nouvelles entreprises.

 

4. - Une consolation dans la détresse et les ennuis de la vie courante.

 

5. - Une certitude devant les affres de la maladie et de la: mort.

 

Considérant qu’il est de la nature de Dieu d’accorder grâce sur grâce, ne craignons pas de nous assurer chaque jour davantage en lui.

 

III - Applications personnelles

 

1. - Si je demeure dans la pauvreté sur le plan spirituel, c’est entièrement de ma faute, car le Seigneur accorde une grâce plus abondante à ceux qui la réclament.

 

2. - Ma croissance spirituelle sera la gloire de Jésus car elle dépend entièrement de sa grâce. Oh! pouvoir toujours grandir sur le plan spirituel!

 

3. - C’est un Dieu merveilleux que celui à qui je puis avoir recours! Il est ma joie aujourd’hui et mon espérance pour demain! Plus j’avancerai, plus je grandirai dans la grâce! A moi donc d’avancer avec un indomptable courage!

 

Frères, à nous de faire confiance à la libéralité de Dieu! Dans la prière, par la foi, dans le témoignage, dans la louange!

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

CONDAMNATION - ACQUITTEMENT

 

"Car si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur et il connaît toutes choses. Bien-aimés, si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu". {1Jn 3:20,21}

 

L’erreur pour un grand nombre de gens, consiste à ne pas prendre au sérieux les choses spirituelles, mais à les traiter avec désinvolture. C’est pure et simple sottise de leur part, sottise susceptible d’avoir des conséquences tragiques. Chacun doit examiner son cas particulier à la lumière de sa conscience.

 

Pour d’autres, l’erreur consiste à se satisfaire de la bonne opinion qu’ils ont d’eux-mêmes, sans penser qu’il existe une Cour Suprême. Alors ils s’enorgueillissent ou se désespèrent.

 

Pour nous, aujourd’hui, nous considérons notre position devant le tribunal de notre conscience qui rendra:

 

I - Un verdict de condamnation

 

Résumons la procédure:

 

1. - La cour siège pour appliquer la loi. Lecture est donnée des charges relevées contre le prévenu. La Conscience se fait accusatrice et cite les sanctions applicables à son cas.

 

2. - Puis la mémoire se transforme en témoin à charge. Péchés enfouis dans un passé lointain et péchés plus récents. Transgression de chacun des 10 commandements. Travail du dimanche. Refus d’écouter l’évangile. Innombrables péchés d’omission. Echecs sur le plan de la personnalité et du caractère, etc...

 

3. - La preuve est fournie que le coeur, l’esprit et la volonté sont loin d’ être en accord avec la Parole.

 

4. - Voici l’avocat de la défense. Il plaide les bonnes intentions, les actes de piété. Un tissu de mensonges soufflé par l’orgueil et la satisfaction personnelle et qu’il ne vaut pas la peine d’écouter

 

5. - Alors, le coeur, jugeant selon la loi, condamne le prévenu. Celui-ci vivra comme enfermé dans sa prison dans la crainte de la mort et de l’enfer.

 

Si notre coeur nous condamne en dépit d’une information incomplète, nous pouvons à juste titre redouter une comparution devant la Cour suprême de Dieu. Car Dieu est parfaitement informé, parfaitement juste, il a davantage d’autorité et davantage de moyens à sa disposition pour exercer le châtiment. Péchés oubliés, péchés d’ignorance, tout est en pleine lumière devant lui. Qu’y a-t-il à espérer dans un pareil cas? La condamnation du tribunal ordinaire sera sûrement confirmée par la Cour Suprême.

 

II - Verdict inattendu d’acquittement

 

Le cas et que nous venons de l’examiner. Verdict de condamnation parfaitement normal. Cependant la révision du procès par la Cour Suprême donne un résultat entièrement différent.

 

1. - Un autre a subi le châtiment assorti à la condamnation.

 

2. - Ce n’est plus du même homme qu’il s’agit. Bien qu’il commette encore des péchés, il est mort au péché et sa vie est celle d’une créature née d’En-Haut.

 

3. - C’est par erreur qu’il a été condamné par le Tribunal ordinaire. Il n’a pas été tenu compte des éléments favorables: Nouvelle naissance, justification par la foi, tout cela a été négligé et sous-évalué. Dans une juste estimation des choses, ces éléments favorables l’emportent sur l’accusation.

 

4. - Notre conscience était bien mauvais juge, puisqu’elle nous condamnait pour l’absence de ce que notre nature était incapable de produire: la bonté naturelle, la perfection, l’état d’euphorie, etc...Le verdict d’un mauvais juge était forcément entaché d’erreur. En appel, les faits s’éclairent: "Dieu est plus grand que notre coeur et il connaît toutes choses"

 

III - Justification du verdict d’acquittement

 

C’est à juste titre que "notre coeur ne nous condamne pas".

 

Et il a raison; son attitude se justifie par un certain nombre d’éléments que nous énumérons ci-dessous:

 

1. - L’amour que nous avons pour Dieu est parfaitement sincère.

 

2. - Notre coeur déborde d’amour pour nos frères.

 

3. - Notre espérance est placée en Christ et en lui seul.

 

4. - Notre aspiration profonde c’est la sainteté.

 

Dans ce verdict d’acquittement, nous puisons une assurance renouvelée:

 

 

- d’être véritablement enfants de Dieu

 

- d’avoir été réconciliés avec Dieu par Jésus-Christ.

 

- d’être passés de la malédiction à la bénédiction.

 

- d’être entendus lorsque nous prions

 

- de recevoir notre récompense au dernier jour.

 

 

IV - Acquittement injustifié

 

1. - Un coeur qui se fie aux apparences peut refuser de prononcer une condamnation, mais n’empêchera pas le jugement divin de tomber sur le coupable. L’orgueil humain ne tient pas devant Dieu.

 

2. - Un coeur "aliéné" peut prononcer tel acquittement qui ne changera rien à nos relations avec Dieu.

 

3. - Un coeur hypocrite fera semblant d’acquitter, alors qu’au fond, il condamne.

 

Si nous tremblons maintenant, que sera-ce au jour du jugement? Quel malheur de nous entendre condamner lors du jugement dernier!

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

SANTE ET MALADIE SPIRITUELLES

 

"Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme" {3Jn 1:2}

 

L’évangile a opéré un changement extraordinaire dans la personne de Jean. Il y eut un temps où il était prêt à appeler le feu du ciel sur ses contradicteurs. Par la suite, ayant reçu le Saint Esprit, il déborde d’amour et de compassion.

 

L’évangile a un extraordinaire pouvoir de transformation. Aux caractères dépressifs, il donne du dynamisme, aux inconscients du sérieux, aux vindicatifs de la compassion. Dans le cas particulier de l’apôtre Jean, il en fit le miroir de l’amour divin.

 

La correspondance privée est toujours révélatrice d’une personnalité.

 

Dans cette lettre Jean souhaite à son correspondant toutes sortes de bénédictions, au nombre desquelles une meilleure santé.

 

La santé est une de ces grâces inestimables que l’on n’apprécie qu’une fois qu’on en est privé.

 

Mais il est à remarquer que Jean place sur un même plan la santé physique et la santé spirituelle. Car l’homme est en fait une double entité. C’est d’une part, un être physique, appartenant à la terre, et d’autre part un être spirituel, qui a des aspirations spirituelles. C’est un trait de déséquilibre que de prendre soin de son corps et non de son âme, de négliger le locataire aux dépends de la maison qu’il habite, ou d’estimer à un grand prix le vase de terre tout en méprisant le trésor qu’il contient!

 

I - Examinons les termes de ce texte

 

1. - "Je souhaite" - La note marginale donne "Je prie". Sa prière est un souhait sanctifié. Que vos voeux s’expriment en prières!

 

2. - "Que tu prospères en toutes choses" Il est légitime de prier pour la prospérité de nos amis, en particulier si, comme c’est le cas pour Gaïus il met ses richesses au service du Seigneur et de sa cause.

 

3. - "Et sois en bonne santé" Condition nécessaire à la jouissance des biens terrestres. Qu’est-ce que le reste pour qui n’a pas la santé?

 

4. - "Comme -prospère l’état de ton âme". Voici qui devient surprenant. La prospérité matérielle de Gaïus ne serait que le reflet de sa bonne condition spirituelle. Osons-nous formuler une telle prière pour nos amis? Osons-nous la formuler pour nous-mêmes? Quels seraient les résultats de l’exaucement de cette prière? Imaginez ce que seraient nos corps en pareil cas?

 

 

- Certains verraient leur température monter, d’autres seraient

paralysés, etc.

 

- Remercions Dieu de ce que notre corps ne reflète pas

automatiquement l’état de notre âme

 

- Car peu nombreux sont ceux qui souhaitent voir leur condition

spirituelle se matérialiser de façon visible par leur entourage.

 

 

II - Symptômes de maladie

 

1. - Chute de température

 

La tiédeur est un bien mauvais signe. Elle ne mène pas à grand chose dans les affaires. Sur le plan spirituel, elle ne mène à rien du tout.

 

 

- Pour un pasteur, c’est un désastre.

 

- Pour un chrétien, c’est un grave danger.

 

 

2. - Rythme cardiaque

 

Les uns sont trop larges d’esprit, les autres trop étroits et repoussent tous ceux qui ne partagent pas leur point de vue. Si nous n’aimons pas nos frères il y a sûrement quelque chose qui ne va pas.

 

3. - Manque d’appétit pour la nourriture spirituelle.

 

4. - Respiration difficile. Quand la prière nous devient pénible, c’est que quelque chose ne va pas dans notre vie.

 

5. - Etat léthargique - Manque général de bonne volonté pour 1e service du Seigneur, manque de zèle...

 

6. - Aspirations malsaines irrépressibles - Il y a des gens qui se nourriraient de terre et de cendre. Certains maîtres à penser se vautrent ainsi dans des recherches malsaines.

 

III - MOYENS DE GUÉRISON

 

Nous ne nous étendrons pas sur les moyens dont Dieu dispose pour notre guérison, car Il est le Grand Médecin. Examinons seulement les moyens qui sont à notre disposition.

 

1. - Bonne nourriture: Etude de la Parole, Prédications valables

 

2. - Respiration profonde: Consacrez plus de temps à la. prière

 

3. - Recherche de la sanctification: Persévérance dans la pratique du bien

 

4. - Retour aux sources: Nécessité du retour au Calvaire.

 

5. - Air pur: Ne vous éloignez pas de l’océan de la grâce divine.

 

6. - Dernier recours - Lorsque les autres remèdes auront échoué, revenez constamment à la Parole de Dieu, sans craindre de verser des larmes de repentance. C’est le remède universel.

 

Que Dieu vous aide à vous conformer aux ordonnances du divin médecin!

 

IV - Exhortation

 

Frère, cela n’a-t-il aucune importance pour toi de demeurer dans l’a faiblesse et l’abattement?

 

Pécheur, sans Christ tu vis dans la mort, avec Christ tu trouveras la vie et la santé.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PRÉDICATION

 

CELUI QUI PESE LES COEURS

 

"Celui qui pèse les coeurs, c’est l’Eternel." {Pr 21:2}

 

Les Hébreux considéraient le coeur comme le siège de l’intelligence, du courage, de la compréhension, de la joie, de l’amour et des peines.

 

La pensée moderne y voit plutôt le siège des émotions et plus particulièrement des sentiments que leur influence et leur importance situent au coeur de la personnalité.

 

Aucun homme n’est en mesure de lire les pensées d’un coeur ni de porter sur elles un jugement de valeur. Comme éléments d’appréciation l’homme ne dispose que des actions qu’il peut constater, mais Dieu connaît les motifs véritables qui se cachent derrière ces actions. Lui seul est en mesure de porter sur elles un jugement équitable. Et il est bon qu’il en soit ainsi. Dieu juge de la valeur d’une action à la manière d’un orfèvre qui estime la valeur d’un objet d’or ou d’argent d’après son poids. S’il choisit d’employer cette image de la balance, c’est pour insister sur le caractère de rigoureuse précision des jugements qu’Il porte. Il n’a aucune idée préconçue, l’opinion publique n’a aucune influence sur lui. Il ne se laisse pas émouvoir par des Alléluias retentissants, Il place tout sur la balance à la manière des hommes qui désirent connaître la valeur exacte d’un objet précieux ou d’un article qui leur semble suspect. La balance du Seigneur est équitable, et juste.

 

D’après la tradition rabbinique, le sicle du sanctuaire était considéré comme valant le double du sicle ordinaire. Le monde s’attend également à ce que ceux qui font profession de christianisme soient meilleurs que les autres. Le sicle du sanctuaire était l’étalon de poids sur lequel les autres sicles auraient dû s’aligner. La loi de l’Éternel est aujourd’hui le modèle sur lequel nous devons régler notre conduite. La balance de l’Eternel ne se dérègle jamais; elle est toujours exacte et précise.

 

I - Comment juger de la valeur du coeur de l’homme?

 

1. - En ce qui concerne Dieu, c’est déjà fait. Dès que nos projets, nos pensées, nos paroles sont formulés, aussitôt que nos actions se réalisent, Dieu les connaît et Il ne se laisse jamais abuser.

 

2. - La loi qui règle nos actions nous juge en public comme en secret. A cause de nos désobéissances, nous sommes trouvés légers dans la balance et la faiblesse de nos coeurs est mise à nu.

 

3. - Dans l’épreuve aussi Dieu pèse les coeurs. Trop souvent les Chrétiens se laissent aller à l’impatience, la rébellion et même au désespoir et à l’apostasie à la suite de grandes épreuves ou de graves persécutions.

 

4. - Peu de gens subissent avec succès l’épreuve de la prospérité, de la gloire, de ou de la réussite. Quelques mots élogieux et nous voici enflés d’orgueil! Un certain bien-être matériel et nous voici partis dans le monde! Et la faiblesse de notre coeur se trouve exposée aux yeux de tous.

 

5. - Les périodes de crise de la vie humaine (crises spirituelles ou sociales) contribuent également à révéler la valeur réelle d’un coeur. Il est impossible de préjuger de qui que ce soit quand tout va bien.

 

6. - La prédication de la vérité est un autre jugement. D’aucuns abandonnèrent Jésus lorsqu’il se mit à insister sur certains points de doctrine. La réaction à la prédication de la vérité fait rapidement connaître ce qu’est l’homme au fond de son coeur. Les gens refusent d’écouter la Parole de Dieu quand cette parole les condamne.

 

7. - Après la mort, viendra le jugement définitif où les coeurs seront posés dans la balance divine.

 

II - Le coeur de l’homme dans la balance divine

 

Évidemment les coeurs des hommes présentent une grande diversité néanmoins, on peut les ranger dans trois catégories différentes:

 

1. - Ceux qui sont immédiatement trouvés légers.

 

 

Le coeur de l’homme naturel. Tous ceux dont le coeur n’a pas été

régénéré même s’ils ont "un coeur d’or".

 

Le coeur fourbe. Indécis, plein de duplicité, enclin au mensonge.

"Leur coeur est partagé: ils vont en porter la peine" {Os

10:2}

 

Le coeur sans intelligence. Incapable de décision, d’énergie et de

sérieux.

 

Le coeur pervers. Rebelle au bien, adonné au mal, obstiné.

 

Le coeur instable. Oublieux, négligent dans l’accomplissement de ce

qu’il a promis.

 

Le coeur orgueilleux. Plein d’arrogance et: de suffisance, bravache

et sûr de lui.

 

Le coeur endurci. Insensible à la crainte et à ‘affliction. Entêté

dans sa résistance à l’action du Saint-Esprit.

 

 

2. - Ceux qui réclament un examen plus attentif

 

 

"Un autre coeur". Cas de Saül. 1Sa 10:9 Des sentiments

nouveaux qui se superposent à l’ancienne nature.

 

Un coeur humilié. C’est le cas de Achab lorsque Elie lui eut prédit

sa ruine. Humilié certes, mais non pas humble de nature, ni détourné

du mal. Un coeur plein d’illusions. Se croyant sauvé tout en ne

l’étant pas.

 

 

3. - Ceux qui "font le poids"

 

 

Le coeur tremblant repentant, redoutant l’idée de péché.

 

Le coeur compatissant: sensible et affectueux.

 

Le coeur brisé: celui qui soupire après la sainteté, déplore le péché

chez lui et chez les autres et s’attache à ce qui est bien.

 

Le coeur droit: véridique, juste et sincère.

 

Le coeur pur: honnête, sérieux, consacré, résolu et plein de zèle.

 

Le coeur inébranlable: plein de fermeté, stable dans ses résolutions,

etc...

 

 

Etes-vous prêt à placer votre coeur sur le plateau de la balance divine? N’éprouvez-vous aucune appréhension à l’idée du jugement décisif? Votre certitude repose-t-elle sur des bases solides?

 

Le Seigneur Jésus a-t-il la première place dans votre vie?

 

Si tel est le cas, vous n’avez rien à craindre du jugement de Dieu.

 

Si ce n’est pas le cas, réfléchissez sérieusement à ce que sera votre situation lors du jugement dernier.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

L’EXAMEN PERSONNEL EN RELATION AVEC LA CENE

 

"Que chacun s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe." {1Co 11:28}

 

Le repas du Seigneur n’est pas offert à tous les hommes sans discrimination. Ceux-là seuls y sont invités qui sont en mesure d’y discerner le corps du Seigneur Jésus.

 

Ce repas est prévu pour l’édification des croyants et non pour la conversion des incrédules.

 

Craignons donc de nous présenter à une table où nous n’avons pas notre place et, avant toute chose, ne manquons pas de nous soumettre à un examen personnel préalable.

 

I - But de cet examen personnel.

 

1. - "Que chacun s’éprouve, et que..."

 

Première action: Que chacun s’éprouve.

 

Deuxième action: Qu’il mange et boive.

 

L’ examen personnel est prévu afin que le croyant participe au repas du Seigneur et non afin qu’il s’en abstienne.

 

2. - Que le croyant sache bien qu’il est entièrement responsable de ses actes. Ce n’est pas aux prêtres, ni aux pasteurs de prendre des responsabilités pour qui que ce soit, c’est à chacun de s’examiner soi même.

 

3. - Que le chrétien prenne la communion dans une atmosphère de saint respect, qu’il évite de se présenter à la table du Seigneur dans un esprit d’insouciance et d’indifférence. Qu’il sonde son coeur et ses pensées et se présente devant le Seigneur dans un esprit de déférence et d’humilité.

 

4. - Qu’il vienne en tant qu’être doué d’intelligence, pleinement conscient de ses actes, de leurs motifs et de leurs conséquences.

 

5. - Qu’il vienne avec assurance et avec joie. Après s’être examiné lui-même, il a une pleine conscience de ses droits et doit se sentir parfaitement à l’aise.

 

Si cette pratique était d’usage courant, il en résulterait de grands bienfaits pour l’église.

 

Personne n’est encore parvenu à un état de sainteté tel qu’il n’ait plus besoin de s’examiner lui-même.

 

II - En quoi consiste cet examen?

 

Essayons de définir les différents aspects de la Sainte Cène et de répondre aux questions qui se posent à propos de chacun d’eux.

 

1. - C’est un festin

 

 

- Ai-je la vie en moi? Les morts n’assistent pas aux banquets.

 

- Ai-je de l’appétit? Comment manger si je suis déjà rassasié.

 

- Est-ce que j’éprouve de bons sentiments à l’égard de celui qui

m’invite à sa table?

 

- Ai-je revêtu la robe des noces?

 

 

2. - Jésus veut que sa mort soit mise en évidence.

 

 

- Ai-je foi en sa mort?

 

- Ai-je la vie par sa mort?

 

 

3. - Jésus nous ordonne de manger le pain

 

 

- Cela correspond-il à une réalité pour moi?

 

- N’est-ce pas un simulacre?

 

- Jésus est-il véritablement la nourriture de mon âme?

 

 

4. - Jésus veut que chaque chrétien prenne le pain et le vin en communion avec ses frères et soeurs en la foi.

 

 

- Est-ce que j’appartiens vraiment au peuple de Dieu? Suis-je en

communion avec mes frères?

 

- Est-ce que j’éprouve pour eux un véritable amour fraternel?

 

 

5. - Cette coupe est la nouvelle alliance dans le sang de Jésus:

 

 

- Suis-je au bénéfice de cette alliance?

 

- Est-ce bien sur elle que reposent toutes mes espérances?

 

 

6. - Jésus invite son peuple à prendre ce repas "en souvenir..."

 

 

- Puis-je réellement me souvenir de Jésus-Christ? Ou bien cela m’est

il impossible?

 

- Est-ce que véritablement je le connais?

 

- Ai-je eu avec lui des contacts dont je souhaite me souvenir?

 

- Est-ce que je l’aime assez pour souhaiter me souvenir de lui?

 

 

Nous devrions pouvoir répondre par l’affirmative à chacune de ces questions concernant nos expériences, nos espoirs et nos projets.

 

III - Conséquences.

 

- Devoirs du chrétien

 

1. - Manger le pain - Surtout qu’il ne néglige pas de venir à la Sainte Table, qu’il ne s’en éloigne pas rempli de crainte; au contraire, qu’il y participe dans un esprit de profond respect.

 

2. - Boire le vin - Deuxième temps du repas. C’est la raison pour laquelle il nous est impossible de nous associer au rite de l’Église Catholique.

 

3. - Manger et boire de façon à y discerner le corps du Seigneur. Garder les yeux sur le Seigneur dont la présence est symbolisée par les éléments de la Sainte Cène.

 

4. - Remercier le Seigneur pour l’immense privilège qu’il nous accorde. Par deux fois le Seigneur rendit grâces au cours de ce souper qu’il termina par un cantique. Ce n’est pas un enterrement, c’est une occasion de réjouissance.

 

Vous qui avez pris la Sainte Cène sans y réfléchir, repentez-vous et tenez-vous à l’écart tant que vous ne pouvez pas y participer à bon droit. Vous qui ne vous y êtes jamais présenté, souvenez-vous que si vous ne vous sentez pas digne de la Communion sur la terre, vous n’êtes pas non plus digne du ciel.

 

Vous tous qui m’écoutez, songez à ce qu’est votre position en relation avec le Seigneur Jésus, humiliez-vous devant lui, puis regardez à lui et il vous apportera la consolation.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

LA SAINTE CENE

 

"Et après avoir rendu grâces, le rompît et dit: Ceci est mon corps qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi". {1Co 11:24}

 

Les hommes ont fait le plus mauvais usage des ordonnances les plus sacrées.

 

Et pourtant ils sont sans excuse, car il n’y a pas la moindre ambiguïté dans les Ecritures.

 

Celles-ci ne comportent en effet pas la moindre citation rappelant un sacrifice ou un autel, tout y est parfaitement clair.

 

Le dernier souper, tel qu’il est décrit dans le Nouveau-Testament, est un service de souvenir, de témoignage et de communion, rien de plus.

 

Aucun rite particulièrement solennel, aucune posture spéciale n’est requise. Il suffit de disposer de pain et de vin. De prendre le pain, de le rompre, d’en manger, et de boire le vin.

 

Mais ces actions seraient dénuées de signification si elles ne s’accompagnaient pas d’un acte spirituel. Elles sont accomplies "en mémoire" du Seigneur Jésus.

 

I - "En mémoire de MOI".

 

On peut avoir, présents à l’esprit, des souvenirs autres que celui du Seigneur Jésus - souvenirs naturels et bienfaisants - mais veillons à ce qu’ils ne prennent pas la première place.

 

Souvenirs:

 

1. - De ce que nous étions du temps où nous étions étrangers à la maison de Dieu.

 

2. - Du temps où nous étions spectateurs et non participants à la table du Seigneur.

 

3. - Du jour où nous nous sommes approchés de la Sainte Table pour la première fois.

 

4. - De ceux qui autrefois étaient avec nous à cette même table.

 

5. - De nos bien-aimés qui n’ont pas pu se joindre à nous, retenus chez eux par la maladie.

 

6. - De ceux qui nous accompagnent à cette table, et de l’oeuvre de la grâce dans chacune de leur vie.

 

7. - De ceux qui se sont retirés, comme Judas, prouvant ainsi la duplicité de leur coeur.

 

Quelle que soit l’insistance avec laquelle ces pensées se présentent à notre esprit, veillons à ce qu’elles ne nous détournent pas de Jésus-Christ, celui en mémoire de qui le Saint Repas a été institué.

 

II - Le Saint Repas est orienté uniquement vers Jésus Christ.

 

1. - Les éléments du repas placés devant nous sont là pour nous rappeler "le Seigneur Jésus en tant qu’homme, homme de chair et de sang."

 

2. - Ils se trouvent placés sur une table. Idée de proximité, d’intimité du Seigneur avec les siens.

 

3. - Le pain que l’on fragmente, le vin que l’on verse, images de sa souffrance.

 

4. - D’une part le pain, d’autre part le vin, d’une part la chair, d’autre part le sang du Seigneur Jésus: Idée de la mort de notre Sauveur.

 

5. - Le fait de manger symbolise la puissance de vie enfermée dans la personne même du Seigneur Jésus, et souligne combien il devient partie intégrante de notre être.

 

6. - Les miettes de pain, les gouttes de vin qui restent après le repas symbolisent le fait que la grâce n’est pas épuisée. Il reste encore du pain et du vin pour les repas à venir. De toutes façons, la grâce du Seigneur est plus que suffisante pour tous les temps.

 

Tous les détails de la Sainte Cène sont donc destinés à mettre en valeur la personne de Jésus, l’Agneau de Dieu immolé pour nos péchés.

 

III - L’Eglise a besoin de se souvenir.

 

L’Église a besoin de se souvenir de son Seigneur crucifié, car:

 

1. - C’est là le soutien quotidien de notre foi.

 

2. - C’est là le stimulant de notre amour.

 

3. - C’est la source de notre espérance.

 

4. - C’est chaque fois un appel nouveau à détacher nos regards du monde, de nous-mêmes, des controverses, des soucis et de notre entourage, et à les tourner vers Dieu.

 

5. - C’est le coup de clairon qui nous lance en avant. C’est le prélude aux noces de l’Agneau où Dieu nous invite tous.

 

Quoi qu’il en soit, il convient que le nom de notre Seigneur reste gravé sur les tables de nos coeurs.

 

IV - L’Eglise retire les plus grands bienfaits de la table du Seigneur.

 

1. - Tant que nous sommes dans notre corps et soumis aux lois du monde concret, nous avons besoin de symboles capables de matérialiser les réalités spirituelles.

 

2. - Le Seigneur savait à l’avance combien nous avons tendance à oublier et a institué cette rencontre entre l’homme et lui. Nous pouvons donc être assurés de sa bénédiction lorsque nous lui obéissons sur ce point.

 

3. - L’expérience a souvent prouvé la valeur de cette rencontre à la table du Seigneur.

 

4. - Ces rencontres ont souvent reçu le sceau du Saint Esprit, car ils sont nombreux ceux qui ont été convaincus et éveillés aux choses spirituelles après avoir assisté à un service de Sainte-Cène.

 

Participer à la table du Seigneur c’est établir un lien entre les autres chrétiens et vous-même.

 

Lien d’autant plus fort que la rencontre est plus fréquente.

 

Mais c’est seulement dans la mesure où elle aide à se souvenir du Seigneur que la participation à la table du Seigneur est bénéfique pour les chrétiens. Recherchez donc la grâce de vous souvenir avec reconnaissance de votre Seigneur Jésus-Christ.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

ADRESSE-T-IL DES PRIERES A DIEU?

 

"Adresse-t-il en tout temps des prières à Dieu?" {Job 27:10}

 

Chrétien? Hypocrite? Le second est quelquefois une fort bonne imitation du premier. Tout comme le Chrétien, l’hypocrite prétend connaître Dieu, s’entretenir avec lui, être consacré à son service et avoir recours à sa protection...Il s’adonne à la prière ou, du moins, feint de s’y adonner. Et pourtant, l’hypocrisie la plus parfaite comporte des failles discernables à certains signes.

 

La pierre de touche qui permet de distinguer la piété véritable de la piété hypocrite, est la question posée par le verset qui sert de texte à notre méditation: "Adresse-t-il en tout temps des prières à Dieu?"

 

I - Met-il à profit toutes les occasions d’élever vers Dieu sa prière?

 

Prie-t-il dans la solitude ou seulement lorsqu’il y a des gens pour l’écouter?

 

Prie-t-il malgré les interdictions, comme le faisait Daniel?

 

Elève-t-il son âme vers Dieu dans le cours de ses activités quotidiennes? Demande-t-il à chaque instant l’aide de son Dieu?

 

Est-ce qu’il n’oublie pas de prier quand il jouit d’un moment de détente? Eprouve-t-il vraiment la crainte d’offenser Dieu par ses propos? Ou bien lui arrive-t-il d’oublier son Dieu quand il se trouve en joyeuse compagnie?

 

Fait-il connaître à Dieu la détresse de son âme? ou au contraire ne se réfugie-t-il pas dans un silence boudeur?

 

II - Elève-t-il continuellement son âme vers Dieu?

 

S’il lui arrive occasionnellement de "formuler" quelques prières, possède-t-il cet esprit de prière qui ne cesse jamais de plaider devant Dieu? Nous devrions être continuellement en prière car:

 

- Nous dépendons entièrement de Dieu en ce qui concerne notre vie spirituelle, aussi bien que notre vie matérielle.

 

"Aussi longtemps qu’ils sont en vie, les Chrétiens devraient prier c’est quand ils prient que véritablement ils vivent!"

 

- Nous avons constamment besoin de quelque chose. Que dis-je de beaucoup de choses!

 

- Autant nous recevons de bienfaits de la part du Seigneur, autant nous avons besoin de sa grâce, afin de les employer d’une manière convenable.

 

- Nous sommes constamment en danger: dangers visibles ou invisibles qui nous guettent à chaque pas. Qui d’autre que notre Dieu pourrait nous en protéger?

 

- Toujours faibles, enclins au mal, incapables de résister aux coups portés à la vie de notre âme. Toujours "prêts à périr".

 

- Eprouvant constamment, le besoin de forces nouvelles pour supporter la souffrance, faire des progrès dans la connaissance, exercer un ministère par le chant ou la prédication.

 

- Constamment dans le péché. La souillure du péché nous atteint même dans le sanctuaire et nous devons sans cesse en être purifiés.

 

- Toujours accablés par le souci des autres, surtout dans le cas des pasteurs, des parents ou des responsables.

 

- Ayant constamment à coeur la cause de notre Seigneur, et y trouvant mille raisons de répandre nos coeurs devant lui.

 

III - Ira-t-il jusqu’à importuner son Dieu?

 

- Saura-t-il persévérer même si aucune réponse ne lui est donnée?

 

- Saura-t-il continuer à prier même si la réponse parait dure? A-t-il appris à lutter avec l’ange et à rendre coup pour coup?

 

- S’il est seul à prier, ne craindra-t-il pas de se singulariser? Continuera-t-il à prier contre vents et marée?

 

Et s’il n’obtient que défaites et déceptions, comprendra-t-il que "retard n’est pas refus?" Persévèrera-t-il dans la prière?

 

IV - Persévèrera-t-il dans la prière tout au long de sa vie?

 

L’hypocrite s’arrête bien vite de prier.

 

- Dans la difficulté, il ne se met pas à genoux, mais vole à la recherche de secours purement humains.

 

- Une fois tiré d’embarras, il ne se met pas davantage à prier, mais oublie les voeux qu’il a formulés.

 

- Qu’on se moque de lui, il n’osera plus ouvrir la bouche pour prier...Qu’on le regarde avec condescendance, ç’en est fini de ses prières. L’hypocrite tombe vite dans le formalisme.

 

- Il est déjà à moitié endormi; son attention n’est pas en éveil pour percevoir une réponse. Il sombre dans une routine de rites et de mots vides de sens.

 

- Il se lasse bien vite. Il fera peut être un effort qui restera sans lendemain. Plus les prières sont courtes, plus, il les apprécie.

 

- Il se sent en sécurité. Pourquoi donc prier puisque tout va si bien? D’un autre côté, il est tellement sanctifié qu’il n’a plus besoin de prier!

 

- Le voilà qui abandonne son assemblée, qui regarde tout cela comme inutile, et s’imagine que sa philosophie lui interdit de prier!

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

LA PURETE

 

"Comment d’un être souillé sortira-t-il un homme pur? Il n’en peut sortir aucun". {Job 14:4}

 

Au plus profond de lui-même! Job ressentait la nécessité d’être absolument pur devant Dieu. En comparaison de ses amis, il était certainement pur de mains et de cœur. Mais il mesurait toute l’incapacité de sa nature pécheresse à produire la sainteté. Il se pose donc la question qui fait aujourd’hui le sujet de notre méditation, et, sans la moindre hésitation, il y répond par la négative. Un homme de bien est un homme de rien sont aussi incapables l’un que l’autre de tirer de la nature humaine ce qu’elle ne contient pas préalablement en germe.

 

I - Impossibilités naturelles

 

1. - Il est impossible que des parents corrompus donnent naissance à des enfants innocents.

 

2. - Il est impossible que la corruption naturelle de l’individu puisse produire la sainteté.

 

3. - Il est impossible que des actions pures proviennent d’un coeur souillé.

 

4. - L’homme, dans son imperfection ne saurait réaliser la perfection.

 

5. - La vie céleste ne saurait jaillir d’un être déjà atteint par la corruption morale.

 

II - Quelques considérations pratiques valables pour tous les individus

 

1. - Pour paraître devant Dieu, il nous faut être absolument purs,

 

2. - Le caractère distinctif de notre nature pécheresse est la souillure.

 

3. - Nous n’en sommes pas pour autant dégagés de toute responsabilité. Il nous faut être purs, même si notre être charnel subit l’attraction du péché. Un homme qui de par son tempérament est un fieffé coquin, n’en est pas moins dans l’obligation de mener une vie intègre.

 

4. - L’homme est absolument incapable de réaliser cette oeuvre de purification:

 

 

- Un coeur dépravé ne saurait avoir le désir d’être en règle avec

Dieu.

 

- Un coeur corrompu ne saurait se préparer à parler à Dieu.

 

- Un coeur souillé ne saurait envisager la perspective de demeurer

dans la présence de Dieu.

 

 

5. - Force nous est donc d’implorer le secours du Tout-Puissant, la justification auprès du Seul Juste, et la nouvelle naissance près de Celui qui est lui-même l’Esprit Créateur. Jéhovah a tout créé à partir du néant. Il a tiré la lumière de l’obscurité et mis de l’ordre là où il n’y avait que désordre. Pour sortir de notre déchéance, c’est à l’artisan de notre salut qu’il nous faut regarder.

 

III - Moyens prévus par Dieu pour faire face à ses propres exigences

 

1. - Un Evangile parfaitement adapté aux besoins des pécheurs. "Lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps convenable, est mort pour les pécheurs." L’Evangile se propose d’accomplir en notre faveur ce que nous sommes incapables d’accomplir dans notre propre intérêt.

 

2. - Une purification parfaite par le moyen du Sang de Jésus. Le Fils de Dieu n’aurait pas eu besoin de mourir sur la croix, s’il y avait eu un autre moyen d’effacer les péchés.

 

3. - Une régénération qui est l’oeuvre du Saint-Esprit. Impossible par des moyens humains, réalisable seulement par le Saint-Esprit.

 

4. - En face de notre incapacité et notre mort spirituelle, voici que se manifeste la Toute Puissance divine, nous apportant sur le plan spirituel une nouvelle naissance, une résurrection, une énergie, une sécurité et une perfection nouvelles.

 

Bannissez tout espoir de tirer rien de bon, de la nature humaine.

 

Tous les espoirs d’une parfaite et entière purification vous sont permis dès l’instant que Dieu se fait l’artisan de votre salut.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

RACHETES A UN GRAND PRIX

 

"Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu" {1Co 6:20}

 

Voyez avec quelle énergie l’apôtre engage la lutte contre le péché!

 

Il ne se contente pas de le recouvrir d’un voile pudique mais clame à pleine voix et dans des termes sans équivoque: "Fuyez l’impudicité!" Il n’y a pas de honte à dénoncer le péché, mais à le pratiquer.

 

L’apôtre fustige l’impudicité. Voir 1Co 6:18.

 

Il place ensuite le péché dans la pleine lumière de l’Esprit Saint, puis il s’écrie. "Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit?". {1Co 6:19} Ensuite il montre le péché cloué à la croix: "Vous avez été rachetés à un grand prix".

 

Examinons ensemble ce dernier argument et voyez comment il annule la condamnation qui s’attache au péché.

 

I - Constatation.

 

 

"Vous avez été rachetés à un grand prix".

 

 

"Vous avez été rachetés". D’aucuns se révoltent devant l’aspect quelque peu "mercantile" de la rédemption. C’est pourtant la rédemption que les Ecritures nous présentent, insistant encore sur la même idée lorsqu’elles mentionnent le prix payé pour la rédemption de notre âme. "A un grand-prix".

 

Nous nous trouvons donc davantage redevables au Seigneur pour la rédemption de notre âme que pour la création et la protection de notre corps. D’où la nécessité d’une vie sanctifiée.

 

"A un grand prix". C’est ici l’indication du prix qui a été payé pour notre rédemption: Le Père a été obligé de donner son Fils. Le Fils s’est donné lui-même: Il a donné sa gloire, son repos, son corps, son âme, sa vie.

 

Qui pourra jamais évaluer la valeur du prix payé pour le corps et l’esprit d’un chrétien?

 

- Les grumeaux de sang, l’abandon des disciples, la trahison, le fouet, la croix, le coeur brisé du Seigneur Jésus...

 

Le corps et l’esprit de Jésus-Christ, tel est le prix payé en échange du corps et de l’esprit d’un chrétien.

 

1. - "Vous avez été rachetés..." ou vous ne l’avez pas été! Vous êtes sauvé ou bien vous êtes perdu. Il n’y a que deux possibilités.

 

2. - Ces mots recouvrent une réalité: La réalité la plus importante de votre vie. Merveille des merveilles.

 

3. - Votre salut restera la réalité la plus extraordinaire de votre vie. S’il est vrai que vous êtes sauvé, cela ne cessera jamais d’être vrai pour vous, et rien ne surpassera jamais cela dans votre vie.

 

4. - C’est donc la vérité qui devrait avoir les plus grandes répercussions dans votre vie dès aujourd’hui et pour toujours.

 

II - Conséquences.

 

"Vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes".

 

Aspect négatif

 

- Il est clair que si vous êtes racheté, vous ne vous appartenez plus à vous même. Une telle situation implique évidemment des privilèges.

 

- Ce n’est plus à vous de pourvoir à vos besoins. C’est au berger de fournir le pâturage à ses brebis.

 

- Ce n’est plus à vous d’assurer la direction de vôtre vie. C’est au pilote de diriger le navire.

 

- Ce n’est plus à vous d’assumer la responsabilité de votre propre personne. Vous avez un Père dans les cieux et c’est un Père qui vous aime.

 

Privilèges, mais aussi responsabilités:

 

- Vous n’avez plus de droits sur votre propre personne, ni sur votre corps, ni sur votre âme.

 

- Vous n’avez plus le droit de vous disperser dans l’oisiveté, les plaisirs ou les discussions oiseuses.

 

- Plus le droit de céder à vos caprices à vos affections personnelles, à vos idées préconçues, à vos fantaisies, ni à vos désirs débridés.

 

- Plus le droit d’obéir à un autre maître.

 

- Plus le droit de donner au MOI la première place dans votre vie. Le MOI a perdu ses prérogatives.

 

Aspect positif

 

- "Votre corps et votre esprit qui appartiennent à Dieu"

 

- Notre être tout entier -corps et esprit - appartient à Dieu.

 

- Pour toujours. II ne saurait être question de rendre ce qui a été payé.

 

- Quelle joie pour nous qu’il en soit ainsi, car:

 

- Nous nous savons aimés de celui à qui nous appartenons.

 

- L’oeuvre qu’il nous confie est en tous points honorable.

 

- La situation dans laquelle nous nous trouvons est assurée de la bénédiction, puisque nous sommes entre les mains de Jésus Christ.

 

III - Conclusion pratique.

 

"Glorifiez donc Dieu dans votre corps et votre esprit qui appartiennent à Dieu".

 

"Dans votre corps" - Par des qualités de propreté, de tempérance, de bonne humeur, de patience, par votre activité, votre pureté, votre patience et votre esprit de sacrifice.

 

Glorifiez Dieu:

 

 

- Dans la souffrance, par une patience qui supporte tout, jusqu’à la

mort

 

- Au travail, par un zèle inspiré de Dieu.

 

- Dans l’adoration, par une attitude de respect dans la prière.

 

- Dans la vie de tous les jours, par un esprit de sacrifice.

 

- Dans l’obéissance, en accomplissant chaque jour avec joie la tâche

que le Seigneur nous a dévolue.

 

 

"Dans votre esprit".

 

Par une vie de sainteté, de foi, d’amour, de courage, de ferveur, d’humilité, une vie orientée vers les réalités spirituelles, une vie d’attente et d’humilité...

 

Souviens-toi, ô Chrétien:

 

1. - que les ennemis de Christ gardent les yeux sur toi;

 

2. - que l’on s’attend à ce que tu sois meilleur que les autres - ce qui est normal, puisque tu te réclames de Jésus-Christ;

 

3. - Que si tu ne mènes pas une vie de droiture et de sainteté, tu traînes dans la boue le nom de ton Sauveur, de ton Rédempteur.

 

4. - Que c’est par ta vie de sainteté que ton Dieu sera honoré.

 

Que le monde voie en vous ce dont votre Dieu est capable!

 

Que le monde reconnaisse la valeur du peuple de Dieu!

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

AUX PIEDS DE JESUS

 

"Aux pieds de Jésus". {Lu 7:38}

 

Dans les pays orientaux, le geste a une grande valeur, et c’est pourquoi les gens de ces pays ont plus que nous le souci de leur attitude corporelle lorsqu’ils font leurs dévotions. Veillons d’autant plus à l’attitude de notre âme.

 

Réfléchissons à la place que nous occupons par rapport au Seigneur. II nous porte sur son coeur, {Ca 8:6} dans son sein, {Esa 40:11} à l’ombre de sa main, {Esa 49:2} sur ses épaules. {Lu 15:5}

 

Cependant, notre place habituelle est "aux pieds de Jésus".

 

I - C’est la seule attitude convenable

 

Attitude admirable pour plusieurs raisons:

 

1. - Sa divinité nous oblige à courber le front.

 

2. - Notre état de péché réclame de nous une humble confession.

 

3. - Sa qualité de Seigneur exige de nous notre entière soumission.

 

4. - Il est Tout en tous, restons dans une étroite dépendance à son égard.

 

5. - Sa sagesse est infinie: sachons attendre SON heure.

 

Les meilleurs d’entre les hommes sont heureux de se trouver à ses pieds, Les pires d’entre les hommes seront dans l’obligation d’y venir aussi, qu’ils le veuillent ou non.

 

II - Le secours est donné à quiconque choisit cette attitude

 

Que ce soit:

 

1. - Le pécheur repentant, au milieu de ses larmes. {Lu 7:38}

 

 

L’humilité vient en aide à la repentance.

 

L’humble soumission redonne l’assurance.

 

La parfaite obéissance prépare au service.

 

 

2. - Le chrétien en paix. {Lu 8:35}

 

 

Aux pieds de Jésus, les démons sont chassés et perdent leur pouvoir.

 

Aux pieds de Jésus, ils sont maintenus à l’écart et ne peuvent plus

revenir.

 

Aux pieds de Jésus, nous donnons la preuve la plus éclatante de notre

parfait bon sens.

 

 

3. - L’intercesseur plaidant sa cause

 

Le plaidoyer est d’autant plus efficace qu’il est, plus humble.

 

Nous sommes peut être des chefs de la synagogue, mais quand notre coeur se brise, notre seul espoir est "aux pieds de Jésus".

 

4. - Celui qui a le désir d’apprendre. {Lu 10:39} "Aux pieds de Jésus" l’attitude de Marie met en évidence:

 

 

L’humble aveu de son ignorance.

 

L’acceptation totale de l’enseignement de Jésus.

 

L’espoir qu’elle mettait dans les regards qu’elle élevait vers le

Seigneur.

 

 

5. - L’adorateur plein de reconnaissance. {Lu 17:16}

 

C’est dans cette attitude que le lépreux exprima sa reconnaissance.

 

C’est ainsi que, le genou fléchi, les anges adorent le Seigneur et lui disent leur reconnaissance.

 

C’est ainsi que nos coeurs devraient aussi se courber devant lui dans un sentiment de gratitude inexprimable.

 

6. - Le chrétien contemplant la gloire du Seigneur:

 

Accablé, humilié, rempli de joie, épuisé à force d’extase.

 

Venez donc, soumettez-vous à Jésus, prosternez-vous à ses pieds.

 

Il en est digne: tenez vous devant lui dans une attitude de respect.

 

Vous l’avez tellement offensé: baisez ses pieds.

 

Il est prêt à vous pardonner avec tant de générosité: c’est assez pour que vous acceptiez de courber votre front dans la poussière devant lui.

 

Il est prêt à vous accorder des joies si profondes en fait, nulle joie n’est supérieure à la joie d’être entièrement soumis à son influence bénie.

 

III - Quiconque reste dans cette attitude demeure en sécurité

 

1. - Jésus ne nous chassera pas de cette place, car c’est vraiment celle qui nous convient d’occuper.

 

2. - Jésus ne repousse pas le désespéré qui se jette à ses pieds dans une attitude pleine d’humilité et de soumission.

 

3. - Jésus ne permettra pas que le mal atteigne ceux qui viennent chercher refuge à ses pieds.

 

4. - Jésus ne leur refusera pas le privilège éternel de demeurer à cette place.

 

Que cette attitude soit constamment la nôtre: "A ses pieds".

 

 

- Dans la peine ou la joie,

 

- Dans l’espoir ou la crainte.

 

- Dans la souffrance ou à notre travail.

 

- Dans l’enseignement ou dans l’étude.

 

- En privé ou en public.

 

- Dans la vie et dans la mort.

 

"A tes pieds je viens m’asseoir

Comme s’asseyait Marie..."

 

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

JE SUIS LA PORTE

 

"Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé. Il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages". {Jn 10:9}

 

Pour une fois, Jésus concentre l’intérêt autour de sa personne. Il se compare à l’un des éléments les plus familiers de nos demeures. Tout le monde sait ce que c’est qu’une porte.

 

On se sert tous les jours d’une porte: Jésus désire que nous tournions souvent les regards vers lui.

 

Qu’il a t-il de plus simple qu’une porte? Jésus veut que tous les êtres humains, du plus intelligent au plus simple d’esprit, aient la possibilité de le connaître.

 

Quant à la porte de la bergerie, c’est de toutes les portes la plus rudimentaire et la moins compliquée. Pour servir et sauver son peuple, Jésus consent à se dépouiller de toute supériorité et à se mettre au rang des plus humbles.

 

I - La porte

 

Permettez-moi d’en dégager avec vous quelques-uns des aspects essentiels.

 

1. - Elle est nécessaire: Sans porte, il n’y a pas d’accès possible au salut de Dieu, ni à sa grâce, ni à sa paix, à sa joie ou à son ciel.

 

2. - Elle est unique: Inutile d’en chercher une autre, il n’en existe pas! On accède au salut par cette porte-là et par aucune autre {Ac 6:12}

 

3. - Elle s’est incarnée dans une personne vivante: Le Seigneur Jésus lui-même est cette porte. "Je suis la porte".. La réussite, l’activité, les rites ou les doctrines n’ont aucune valeur. Seul reste valable le sacrifice de Jésus au Calvaire,

 

4. - Elle est parfaitement adaptée à nos besoins: C’est par le Seigneur Jésus seulement que nous avons accès auprès du Père, car en lui sont réunies la divinité et l’humanité. C’est une porte qui ouvre d’un côté sur la terre et de l’autre sur le ciel. {1Ti 2:5}

 

Elle demeure éternellement: "Je suis" éternel présent pour le temps et l’ éternité. L’accès au Père est encore possible aujourd’hui par le moyen de Jésus-Christ. (Jn 14:6. - Heb 7:25).

 

II - Accès au salut

 

1. - Il ne s’agit pas simplement de regarder cette porte ou d’y frapper, de s’asseoir ou de faire les cent pas devant, il s’agit de la franchir par la foi, dans la sainte communion avec Dieu.

 

2. - Cela n’est pas réservé à une minorité de privilégiés particulièrement qualifiés, soit par leur fortune, leur éducation, leur race ou leur situation, etc. Le texte dit: "quelqu’un" sans plus de précision.

 

3. - Seule et unique qualification requise: Passer par cette porte. Rien d’ autre ne saurait mener au moindre résultat dans ce domaine. Ceci afin d’éliminer:

 

 

-Tout sujet d’orgueil personnel quant aux qualités individuelles

requises pour avoir accès au salut.

 

- La prise en considération des sentiments (joie ou peine) comme

susceptibles de mener au salut.

 

- Toute action autre que le simple fait de passer par la porte du

salut.

 

 

Sur certaines on peut lire l’inscription: "Privé". Peu de gens sont autorisés à les franchir. Par contre, lorsque sur une porte on peut lire "Entrée libre," il ne reste plus de doute sur sa destination. Elle destinée à être franchie par le plus grand nombre. L’ invitation est générale. Jésus dit "Je suis la porte" et il souhaite voir le plus grand nombre de pécheurs entrer "par lui".

 

Vous qui soupirez après, la vie éternelle, franchissez la porte du salut!

 

III - Privilèges réservés à ceux qui entrent par cette porte

 

Voici les privilèges réservés à ceux qui en franchissent le seuil:

 

1. - Salut: "Il sera sauvé". Salut immédiat et éternel.

 

2. - Liberté "Il entrera et il sortira". Ce n’est pas la lourde porte d’une prison, mais la porte par laquelle passe le troupeau à qui le berger donne la liberté.

 

3. - Entrée "Il entrera" pour intercéder, trouver un abri, recevoir un enseignement et jouir de la communion avec Dieu.

 

4. - Sortie: "Il sortira". Pour servir le Seigneur et progresser dans la vie spirituelle.

 

5. - Nourriture: "Il trouvera de la pâture," La nourriture spirituelle nous est donnée en Christ, par Christ, dans la présence de Christ.

 

Entrons donc par cette porte: L’entrée en est commode. Il n’y a pas d’obstacles à franchir.

 

Ne craignons pas d’entrer: cette porte est réservée aux brebis qui ne sont pas des animaux particulièrement intelligents.

 

Entrons. Jésus lui-même est cette porte. Approchons nous de lui sans crainte, car il est "doux et humble de coeur".

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

L’AIDE DE L’ETERNEL

 

"Juda s’assembla pour invoquer l’Eternel, et l’on vint de toutes les villes de Juda pour chercher l’Eternel" {2Ch 20:4}

 

Voici que soudain on annonce à Josaphat une puissante invasion ennemie. En véritable homme de Dieu, le roi Josaphat se dispose à chercher l’Eternel et publie un jeûne pour tout Juda. Le peuple se rassemble rapidement et la nation tout entière s’accorde pour implorer l’aide de l’Eternel.

 

Prenons soin de remarquer:

 

I - La manière dont ils implorèrent l’aide de l’Eternel

 

Ils commencèrent par exprimer leur confiance en Dieu. Josaphat s’écria "N’es-tu pas Dieu dans les cieux? N’est-ce pas toi qui as en main la force et la puissance?" {2Ch 20:6}

 

Dans son plaidoyer devant l’Eternel, il évoqua les hauts faits du passé "N’est-ce pas toi, ô Dieu, qui as chassé les habitants de ce pays devant ton peuple?" {2Ch 20:7}

 

Ils firent état de la promesse que Dieu avait faite lors de la dédicace du Temple; "Tu exauceras et tu sauveras." {2Ch 20:9}

 

Ils confessèrent l’état dans lequel ils se trouvaient. En toute humilité ils reconnurent le danger de leur situation et leur incapacité à y faire face, vu qu’ils étaient:

 

 

- sans force. "Nous sommes, sans force devant cette multitude

nombreuse".

 

- sans plan de guerre. "Nous ne savons que faire." {2Ch

20:12}

 

- sans alliés. Les femmes et les petits enfants n’étaient qu’un souci

supplémentaire. {2Ch 20:13}

 

 

Alors ils élevèrent leur âme à Dieu. "Nos yeux sont sur toi: Où auraient-ils pu trouver un secours plus efficace?"

 

II - La manière dont ils reçurent l’aide de l’Eternel

 

Renouveau de confiance: "L’Eternel sera avec nous." {2Ch 20:17}

 

- Apaisement de leurs craintes: "Ne craignez point et ne vous effrayez point." L’homme courageux reste maître du champ de bataille, tandis que le poltron s’enfuit au loin.

 

Approfondissement de leur foi. "Confiez-vous en l’Éternel votre Dieu et vous serez affermis." {2Ch 20:20}

 

Directives précises. "Demain, descendez contre eux. Vous les trouverez à l’extrémité de la vallée." {2Ch 20:16}

 

Délivrance réelle. Les Moabites et les Ammonites exterminèrent les Edomites et Israël triompha sans avoir à livrer bataille.

 

Quelle joie profonde ce sera pour nous que de voir la droite de l’Éternel nous assurer la victoire!

 

III - La manière dont ils agirent

 

Adoration. - Le roi et le peuple s’inclinèrent et se prosternèrent devant l’Eternel. {2Ch 20:18} Adorer, c’est s’équiper pour la bataille.

 

Louange. - Ils louèrent l’Éternel avant même de recevoir la grâce demandée. "Il nomma des chantres...qui célébraient l’Éternell". {2Ch 20:21}

 

Marche en avant. - "Ils s’avancèrent, précédés des chantres jusqu’à ce que Juda fut arrivé sur la hauteur d’où l’on aperçoit le désert.". {2Ch 20:24}

 

Constatation de la réalisation de la promesse. - Ils purent constater que la, promesse s’était réalisée: "Ils regardèrent du côté de la multitude, et voici c’étaient des cadavres.". {2Ch 20:24}

 

Butin. - Ils rassemblèrent le butin. "Ils mirent 3 jours au pillage du butin, tant il était considérable.". {2Ch 20:25}

 

Chants. - ils bénirent l’Éternel. La vallée de Baraca retentit de leurs chants joyeux, puis ils retournèrent à la maison de l’Éternel, au son des luths, des harpes et des trompettes.

 

Repos. - Ils jouirent du repos. "Et le royaume de Josaphat fut tranquille et son Dieu lui donna du repos de tous côtés.". {2Ch 20:30} Les victoires de l’Eternel marquent la fin de la guerre. La crainte de Dieu s’abattit sur tous les royaumes et aucun n’osa s’attaquer à Juda.

 

- Si nous sommes dans la difficulté, recourons immédiatement à l’Éternel.

 

- Faisons-le dans un esprit de louange et d’assurance.

 

- Ne serait-il pas opportun de nous assembler aujourd’hui pour lutter contre les Moabites, les Ammonites et les Edomites de la superstition, de la Mondanité et de l’Infidélité?

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

OU EST-IL?

 

"Les Juifs le cherchaient pendant la Fête et disaient: Où est-il?" {Jn 7:11}

 

Jésus se rendit à la Fête en secret et les Juifs se mirent à sa recherche.

 

C’est pour des motifs variés qu’ils recherchent le Christ, mais il n’en reste pas moins vrai qu’ils sont à sa recherche.

 

Quand un jour on a entendu parler de Jésus, il est impossible de demeurer dans l’indifférence.

 

Qu’on le veuille ou non, tôt ou tard, on revient sur cette pensée, et un jour on se demande: "Où est-il?".

 

Quant à nous, nous nous proposons aujourd’hui:

 

I - De déterminer les sentiments susceptibles de motiver une telle question.

 

1. - La haine. - C’est le cas de ceux qui veulent abattre Jésus-Christ et anéantir à jamais son Evangile. Hérode fut le parfait symbole de ce type d’hommes.

 

2. - L’athéisme. - C’est le cas de ceux qui ricanent et nient l’existence de Jésus-Christ. Ils tournent les Chrétiens en ridicule sous prétexte que les jugements Dieu se font attendre.

 

3. - Le doute. - C’est le cas des esprits chagrins et timorés qui doutent de la présence, de la puissance et de la prééminence du Seigneur. "Il marche sur les hauteurs de la mer!". {Job 9:8}

 

4. - Le repentir. - C’est le cas de ceux qui acceptent de confesser humblement leur péché, font confiance au Seigneur et désirent lui montrer leur reconnaissance. {Job 23:3}

 

5. - L’amour pour Dieu. - C’est le cas de ceux qui soupirent après une communion plus étroite avec Dieu et cherchent une occasion de le servir. {Ca 3:3}

 

6. - La crainte. - C’est le cas de ceux qui déplorent l’absence de leur Seigneur et soupirent après son retour.

 

7. - L’attente. - C’est le cas de ceux qui attendent sa seconde venue, son retour en gloire, {Ap 22:20}

 

II - De faire connaître la réponse que les Chrétiens donnent à cette question.

 

1. - On trouve Jésus-Christ au trône de la grâce quand on implore son secours.

 

2. - On trouve Jésus-Christ dans la Bible lorsqu’on étudie les Ecritures.

 

3. - On Le trouve dans l’Assemblée des Chrétiens même s’ils ne sont que deux ou trois rassemblés en Son Nom

 

4. - On Le trouve au moment où on rompt le pain de la Sainte Cène.

 

5. - On trouve Jésus-Christ, quand on choisit de servir l’Eternel. Il apporte aide, sympathie, directive et bénédiction, manifestant sa gloire aux yeux de la foi.

 

6. - On trouve Jésus-Christ dans le feu de l’épreuve. Sa présence sanctifiante s’y manifeste et nous aide à traverser les moments difficiles de notre existence.

 

7. - Jésus-Christ demeure près de nous, avec nous, en nous.

 

III - De nous poser à nous-mêmes cette question.

 

1. - Notre foi est-elle fondée en Christ?

 

2. - Jésus-Christ est-il la source de notre joie?

 

3. - Reçoit-il l’hommage de nos coeurs?

 

4. - Savons-nous nous approcher fréquemment de Jésus et nous entretenir avec lui?

 

5. - La présence de Jésus en nos coeurs est-elle discernable dans nos paroles, nos attitudes et nos actes?

 

6. - Jésus-Christ est-il celui qui marche devant nous, celui qui nous attend au bout du voyage, celui vers qui se dirigent nos pas?

 

IV - De poser cette question aux anges de Dieu.

 

D’une seule voix ils répondront que Jésus-Christ est:

 

1. - Dans le sein du Père

 

2. - Dans la gloire.

 

3. - Qu’il tient en ses mains toute domination.

 

4. - Qu’ il nous représente auprès du Père.

 

5. Qu’il dispense la grâce.

 

6. - Qu’il est près de nous, près de tous ceux qui se réclament de lui, de tous ceux qui cherchent sa face.

 

Venez, approchons nous de lui!

 

Nous ne connaîtrons aucune joie avant que sa présence ne soit sensible à nos coeurs.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PRÉDICATION

 

REVIENS! REVIENS!

 

Jer 3:12-14,22

 

 

"Reviens, infidèle Israël! dit l’Eternel"

 

"Revenez, enfants rebelles, dit l’ Éternel"

 

"Revenez, enfants rebelles, je pardonnerai vos infidélités"

 

 

Je ne connais rien de plus navrant que la situation d’un chrétien rétrograde.

 

Considérez en effet:

 

 

- La grâce dont il a été l’objet.

 

- L’amour qui a été son partage.

 

- Les possibilités qu’il a devant lui.

 

- Le réconfort dont il se prive.

 

 

Triste situation en effet que celle du Chrétien infidèle à son Seigneur.

 

Catastrophe pour l’église à laquelle il appartient.

 

Piège pour son entourage.

 

"Alors, me direz-vous, quel est le remède à cette situation? Quel est le premier devoir du Chrétien rétrograde?"

 

La réponse est tout entière contenue dans un seul mot, dans la parole que Dieu adresse à son peuple: "Reviens".

 

Voyons ensemble les caractéristiques de cet appel à revenir vers Dieu.

 

I - Il provoque un réel émerveillement chez le frère ou la soeur qui a rétrogradé.

 

Dieu aurait eu de bonnes raisons de ne pas rappeler à lui ces enfants rebelles.

 

Reprenons une à une les idées exprimées dans ce chapitre

 

1. - Exclusivisme de l’amour {Jer 3:1} - Image poignante de la femme adultère cherchant à reprendre la vie conjugale.

 

2. - Profondeur du péché. "Tu as souillé le pays" {Jer 3:2} - La terre est elle-même contaminée par la lèpre du péché.

 

3. - Persistance dans le péché. - Malgré les châtiments {Jer 3:3}

 

4. - Obstination en dépit de tout effort de persuasion {Jer 3:4}

 

5. - Exploitation abusive de la grâce divine. - Mise à profit de la patience divine pour s’enfoncer plus avant dans le péché {Jer 3:5}

 

6. - Mépris des avertissement Juda a vu le jugement s’ abattre sur Israël sans pour cela s’arrêter dans ses mauvaises voies. {Jer 3:6,11} Il faut être tombé bien bas pour continuer dans le péché quand nous en percevons les funestes effets sur notre entourage.

 

N’est-ce pas extraordinaire que Dieu éprouve à l’égard des rebelles une compassion si grande qu’il ne se lasse pas de les appeler à revenir à lui?

 

II - Il éveille des souvenirs oubliés

 

Cet appel n’éveille-t-il pas en nous le souvenir des jours passés, des jours:

 

1. - où vous êtes venus à Jésus pour la première fois?

 

2. -où vous partagiez la joie des autres chrétiens?

 

3. - où vous étiez en mesure d’apporter à vos frères un mot d’exhortation ou d’encouragement?

 

4. - où vous avez commencé à vous éloigner du Seigneur d’une manière insensible d’abord.

 

5. - où vous êtes tombés dans le péché, justement à cause de ce retard que vous avez pris sur les autres?

 

Il est bon pour vous de vous laisser aller à ces souvenirs jusqu’à ce que votre coeur en soit ému.

 

III - Raisons d’obéir à cet appel.

 

1. - Il émane de Dieu lui-même. "Dit l’ Éternel" (2 fois)

 

1. - Il émane de Dieu lui-même. "Dit l’Eternel" (2 fois)

 

2. - Il annonce l’apaisement de la colère divine. "Je ne jetterai pas sur vous un regard sévère". {Jer 3:12}

 

3. - Aucune altération dans l’amour de Dieu. "Car je suis votre maître" {Jer 3:14}

 

4. - Assurance de la restauration dans l’amour de Dieu "Je pardonnerai vos infidélités". {Jer 3:22}

 

IV - Directives divines.

 

1. - Reconnais seulement ton iniquité. {Jer 3:3} Ce n’est pas tellement compliqué

 

2. -Pleure sur ton péché. "Ce sont les pleurs, les supplications des enfants d’Israël". {Jer 3:21} As-tu appris à le faire?

 

3. - Reconnais les tristes résultats de ton attitude. "Nous avons la honte pour couche..." {Jer 3:25}

 

4. - Fais confiance à Dieu pour la restauration de ta vie spirituelle. "Oui, c’est en l’Éternel notre Dieu qu’est le salut d’Israël" {Jer 3:23}

 

5. - Renouvelle de tout ton coeur ton alliance avec l’Éternel: "Nous voici, nous allons à toi, car tu es l’Éternel notre Dieu".

 

Si tu t’attaches sans délai à obéir aux injonctions de ton Dieu, tu retrouveras la joie de ton salut. "Reviens! Reviens! dit l’Éternel."

 

Oh! que le Saint Esprit ramène à Dieu ses enfants rebelles!

 

V - Promesses.

 

Ceux qui font l’effort de revenir à l’Eternel sont assurés de retrouver auprès de lui:

 

1. - Des directives personnelles: "Je vous ramènerai dans Sion" {Jer 3:14}

 

2. -Une nourriture adéquate.- "Des bergers...vous paîtront avec intelligence". {Jer 3:15}

 

3. - Des perspectives spirituelles nouvelles. {Jer 3:1-5,16}

 

4. - Un esprit d’adoption: "Tu m’appelleras mon Père". {Jer 3:19}

 

Il est bon de rappeler ces enseignements aux croyants que nous sommes, car nous avons tous rétrogradé à notre insu, et plus que nous le croyons.

 

A celui qui a conscience d’avoir rétrogradé, nous lançons de la part du Seigneur ce triple appel:

 

 

"Reviens, change de direction, reviens!"

 

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

LA FETE ET LA PRESENCE DE JESUS

 

On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C’était l’hiver. Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon, { Jn 10:22-23}

 

La seule présence de Jésus souligne quatre indications précises contenues dans ces versets.

 

1. - le lieu: à Jérusalem, dans le temple.

 

2. - à l’endroit précis: le portique de Salomon.

 

3. - le temps: la saison est précisée. C’était l’hiver.

 

4. - l’action: C’était la fête de la. Dédicace.

 

Ce qui fait toute la différence dans l’Histoire comme dans notre vie privée, c’est la présence ou l’absence de Jésus.

 

Dans I’évènement dont nous nous entretenons aujourd’hui, le Seigneur Jésus se tenait au milieu du peuple -présence physique.

 

Nous aussi nous désirons qu’il soit au milieu de nous aujourd’hui -présence spirituelle.

 

I - Viendra -t-il parmi nous dans notre assemblée?

 

Il se peut que notre assemblée soit, comme Jérusalem, un lieu saint; sommes-nous certains que Jésus vienne parmi nous?

 

Il se peut que notre lieu de réunion soit un temple; est-ce que cela nous assure de la présence de Jésus?

 

C’est peut-être un jour de fête; le Seigneur en sera t-il parmi nous pour autant?

 

Nous subissons peut-être les rigueurs de l’hiver qu’importe à condition que Jésus soit au milieu de nous?

 

Le désir ardent de notre coeur est de trouver Jésus-Christ et nous avons la certitude de le rencontrer, car:

 

1. - Nous l’avons invité et il ne privera pas ses amis de sa présence.

 

2. - Nous avons fait des préparatifs en vue de sa venue, nous l’attendons de tout notre coeur.

 

3. - Nous avons grand besoin de sa présence et ses compassions sont inépuisables.

 

4. - Quelques-uns de ses frères sont déjà au milieu de nous et nous sentons déjà sa présence, parce qu’il vit en leur coeur.

 

5. - Il y a parmi nous les âmes que Jésus appelle à le suivre. Il est à la recherche des brebis perdues et il s’en trouve au milieu de nous.

 

6. - Il a promis de venir. {Mt 23:20}

 

7. - Il y a des gens qui affirment l’avoir déjà rencontré.

 

Pourquoi ne serions-nous pas tous appelés à jouir du même privilège?

 

II - Restera-t-il au milieu de nous? - Certainement.

 

1. - Si nous apprécions sa compagnie au point de ne pouvoir nous en passer; il faut le supplier de rester avec nous {Lu 24:29}

 

2. - Si nous aimons la vérité qu’il nous a révélée et désirons la faire connaître aux autres.

 

3. - Si nous sommes dociles à sa volonté et si nous suivons en toute sincérité la voie de la sanctification.

 

4. - Si nous sommes zélés pour son service et fidèles dans l’adoration.

 

5. - Si nous savons réunir dans un même amour le Seigneur Jésus, notre prochain et les pécheurs qui nous entourent.

 

6. - Si nous savons rester dans l’humilité à ses pieds, car les orgueilleux ne trouvent pas grâce à ses yeux.

 

7. - Si nous savons veiller et prier.

 

III - Que fera t-il lorsqu’il viendra?

 

1. - Il se tiendra au milieu de nous s’intéressant à nos activités, tout comme il considérait les allées et venues du peuple autour du temple de Jérusalem.

 

2. - Il s’attristera de la condition spirituelle du plus grand nombre, comme il se lamenta sur la ruine de la ville sainte.

 

3. - Il restera à la disposition de ceux qui désireront s’entretenir avec lui..

 

4. - Il donnera son enseignement par le moyen de son serviteur. Sa Parole -acceptée ou rejetée - sera puissante et efficace.

 

5. - Il nous expliquera la valeur symbolique de chacun des éléments du Temple dont il est lui-même la matérialisation.

 

Jésus est lui-même le Saint Temple de Dieu. {Ap 21:22}

 

Songez à ce que signifie sa présence corporelle dans le Temple de Jérusalem.

 

Comprenez alors à la lumière de sa personnalité, ce qui signifient:

 

 

- le temple: Heb 9:11 Ap 15:5

 

- l’autel: Heb 13:10 Ap 8:3

 

- le sacrifice: Heb 9:28 1Co 5:7

 

- les pains de proposition: Heb 9:2

 

- le voile: Heb 10:20

 

- l’arche et le propitiatoire: Heb 9:4

 

- le Prêtre: Heb 10:12

 

 

6. - Il fera connaître à son peuple, toute l’étendue de l’amour dont il l’a aimé, de même qu’autrefois la lumière brillait au-dessus du propitiatoire.

 

7. - Il nous emmènera dans ses demeures éternelles où il n’y a point d’hiver, dans cette nouvelle Jérusalem, dans ce temple infiniment plus beau que le portique de Salomon. {Ap 21:10-11}

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

BREBIS BOITEUSES.

 

"Et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse". {Heb 12:13}

 

Il nous arrive de rencontrer des chrétiens alertes et joyeux. Plût au Seigneur qu’il en soit ainsi pour chacun! Mais comme ce n’est pas toujours le cas, il faut également prendre en considération les brebis boiteuses.

 

Il faut dégager la route devant elles.

 

Car nous voulons que toutes soient en mesure d’atteindre en toute sécurité le terme du voyage.

 

I - Il n’est pas de troupeau sans brebis boiteuses

 

1. - Certaines le sont de nature ou de naissance.

 

 

- Toujours prêtes à douter et à se laisser abattre

 

- Prêtes à tomber dans l’incrédulité ou l’erreur

 

- Instables, prêtes à céder à la tentation

 

- Indisponibles et faibles dans les réalisations pratiques

 

 

2. - Certaines n’ont pas reçu la nourriture spirituelle adéquate. Voilà la cause du piétain et de la claudication.

 

 

- Elles ont peut être entendu énoncer de fausses doctrines.

 

- ou des doctrines vagues, mal définies

 

- ou des doctrines inconsistantes.

 

 

3. - Certaines sont boiteuses à la suite d’accidents, tracassées qu’elles ont été:

 

 

- par Satan, ses insinuations, ses tentations.

 

- par des persécuteurs, leurs médisances, leur mépris et leur

moqueries.

 

- par des maîtres ironiques, débordants de piété, mais sans cœur

 

- par une conscience morbide qui voit du mal là où il n’y en a pas.

 

 

4. - Certaines se sont fatiguées du mauvais état de la route

 

 

- Affaiblies par l’ignorance

 

- Déprimées par les soucis du monde

 

- Abattues par les conflits intérieurs

 

- Lassées des controverses excessives.

 

 

5. - Certaines se sont graduellement affaiblies

 

 

- Rétrogrades pour avoir négligé les moyens de grâce.

 

- Pour avoir subi de mauvaises influences

 

- Pour avoir défié à l’orgueil et à la satisfaction personnelle

 

- Parce que leur coeur s’est refroidi peu à peu.

 

 

6. - Certaines font des chutes catastrophiques

 

 

- Une fracture empêche les progrès satisfaisants.

 

- Un muscle déchiré et c’est un arrêt dans le service

 

- Et un obstacle à la joie spirituelle.

 

 

II - Devoirs des brebis saines: C’est de rechercher la guérison de leurs compagnes malades.

 

1. - En les entourant pour éviter qu’elles ne se perdent par suite de négligence, de mépris et de désespoir.

 

2. - En essayant de les réconforter et de les encourager. C’est un travail pour chrétien expérimentés seulement. Ceux d’entre nous qui sont incapables d’une telle activité peuvent toujours se contenter de vivre en accord avec les différentes exigences mentionnées ci-dessous.

 

3. - En suivant des voies droites

 

 

- Par une vie d’une intégrité absolue.

 

- Par un enseignement évangélique simple et dépourvu d’affectation.

 

- Par une joie véritable dans le Seigneur Jésus.

 

- Par un refus catégorique des voies tortueuses susceptibles de

donner le mauvais exemple.

 

- En montrant que pour eux, Jésus est véritablement "Le chemin, La

vérité et la vie". Il n’y a pas de voie plus droite que la foi

toute simple en Jésus-Christ.

 

 

III - Le bon berger veille sur les plus faibles de ses brebis.

 

1. - Elles ont peur: elles pensent qu’Il va les abandonner.

 

2. - Elles se disent qu’en les abandonnant, il aurait la vie plus facile

 

3. - Elles se paniquent: Un tel abandon serait assurément leur mort.

 

4. - Elles puisent cependant du réconfort dans -e fait qu’Il a prévu un remède pour elles.

 

5. - Elles espèrent en sa bonté et sa tendresse. Elles savent qu’Il ne veut pas qu’aucune ne s’égare ni ne périsse.

 

6. - Elles se rassurent: leur guérison assurera à leur berger une somme infinie d’honneur, de reconnaissance et d’affection. D’où la conclusion qu’Il les gardera envers et contre tout.

 

- Veillons attentivement à ne jamais blesser (au moral comme au physique) les brebis, faibles du troupeau.

 

- Faisons toujours tous nos efforts pour ramener celles qui se sont égarées et pour réconforter celles qui sont dans l’affliction.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PRÉDICATION

 

L’EPEE DU SEIGNEUR

 

"Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; Elle juge les sentiments et les pensées du coeur" {Heb 4:12}

 

"La parole de Dieu" désigne à la fois Jésus-Christ et les Saintes Ecritures.

 

- Dans ce texte, c’est des Ecritures qu’il s’agit, mais Jésus en est encore tout proche puisqu’il est en lui-même la substance de la parole écrite.

 

- Les Écritures sont ce qu’elles sont parce qu’en elles Jésus-Christ s’est incarné.

 

- A partir de ce texte voyons quelles sont:

 

I - Les caractéristiques de la Parole

 

1. - La Parole est divine. C’est la Parole de Dieu...

 

2. - Elle possède le dynamisme de la vie. Elle est "vivante!,"

 

 

- Elle possède sa propre énergie: c’est la semence "vivante et

incorruptible".

 

- C’est une source de vie partout où elle est placée.

 

- Elle survivra à tout.

 

 

3. - Elle possède son activité propre. "Vivante et efficace".

 

 

- Elle provoque la conviction de péché, et la conversion.

 

- Elle est source de réconfort et d’assurance.

 

- Elle a la puissance de nous élever aux sommets de la joie et de la

sainteté.

 

 

4. - Elle est incisive. "Plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants".

 

 

- En elle tout est tranchant, On ne saurait la toucher sans se faire

couper.

 

- Elle tranche dans le vif de notre orgueil, notre péché, notre

incrédulité.

 

 

5. - Elle possède une extraordinaire puissance de pénétration. "Pénétrante jusqu’à partager..."

 

 

- Le coeur le plus dur n’est pas trop dur pour elle.

 

- Elle met à profit la plus petite faille, comme la flèche qui se

glisse dans les jointures d’une armure.

 

 

6. - Elle a un pouvoir extraordinaire de discrimination "... jusqu’à partager âme et esprit".

 

 

- Toute confusion devient impossible. Le charnel se dissocie

automatiquement du spirituel et la religion rituelle et extérieure de

la religion réelle et intérieure "jointures et moelles".

 

 

7. - Elle agit comme un révélateur. "Elle juge les sentiments et les pensées du coeur".

 

 

- Elle incise comme le scalpel du chirurgien et dénude les facultés

et les tendances secrètes de l’âme,

 

- Mettant ainsi à jour les intentions et les pensées des hommes avec

tous leurs cheminements secrets,

 

- Passant tout au crible de sa critique et évaluant chaque chose avec

justice.

 

- Dégageant les méandres des voies tortueuses et soulignant leur

caractère malsain.

 

- Approuvant le bien et condamnant le mal.

 

 

Tout ceci, nous avons pu le constater quand nous avons proclamé la Parole.

 

N’est-ce pas votre cas?

 

II - Les leçons à en tirer

 

Nul ne saurait avoir trop de respect pour la Parole, la considérant véritablement comme Parole de Dieu.

 

- Tous peuvent puiser en elle le réconfort de leur âme.

 

- Tous peuvent trouver en elle le dynamisme nécessaire au bon combat de la foi.

 

- Tous peuvent trouver en elle la force qui triomphera du péché qui cherche à survivre en nous et nous donnera la victoire.

 

- Nous pouvons avoir recours à sa puissance de pénétration quand il s’agit d’atteindre des coeurs endurcis et des consciences fuyantes.

 

- Nul, même le plus obstiné, n’est en mesure de résister à la conviction de péché qu’elle impose à la conscience humaine.

 

- Grâce à elle nous devenons capables de discerner la vérité de l’erreur.

 

- Elle a sur nous un droit de critique absolu. Tout ce qui nous concerne tant nos ambitions que nos projets et nos opinions personnelles, doit être passé au crible de la Parole de Dieu.

 

- Tenons fermement en nos mains l’épée du Seigneur. Nulle autre n’est vivante ni efficace.

 

- Tenons-en la poignée avec plus d’énergie que jamais.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PRÉDICATION

 

LA PAROLE DE DIEU

 

"... Pour lequel je souffre jusqu’à être lié comme un malfaiteur. Mais la parole de Dieu n’est pas liée". {2Ti 2:9}

 

La certitude de la résurrection est la pierre angulaire de la foi de St Paul. Rappeler ici le verset 8 qui mentionne la résurrection comme le centre du message de l’Evangile.

 

L’apôtre est lui-même dans les liens et la souffrance mais non dépourvu de réconfort.

 

Sa joie vient du fait que la Parole de Dieu n’est pas liée.

 

I - Quelle est la force de cette affirmation? "La Parole de Dieu n’est pas liée"

 

1. - Alors, elle peut se faire connaître au loin.

 

 

- Les prédicateurs peuvent être enchaînés, mais pas la Parole.

 

- Le Livre peut être jeté au feu sans que soient détruites les

vérités qu’il renferme.

 

- La doctrine peut ne plus s’exprimer, mais elle reprendra vie un

jour;

 

 

2. - Elle trouvera le chemin des coeurs - Rien ne fera obstacle à la réalisation de ses desseins,

 

 

- ni l’endurcissement des pécheurs, car la grâce est toute puissante

 

- ni l’absence de moyens d’expression car le St Esprit: peut

atteindre une conscience sans avoir recours aux moyens ordinaires

(audition ou lecture de la Parole)

 

- ni la moquerie. Celui qui tourne aujourd’hui la Parole de Dieu en

dérision peut tout aussi bien se trouver demain sous la conviction de

son péché et se convertir

 

 

3. - Elle peut réconforter l’âme abattue

 

 

- La consolation est un don de la foi à l’âme qui passe par la

conviction de péché.

 

- La tendance à la dépression cède devant la lumière de la Parole.

 

- Même le désespoir le plus absolu sera vaincu lorsqu’à l’exemple de

Samson nous briserons les liens qui nous enserrent.

 

 

4. - Elle se matérialisera dans les faits. Les promesses se réaliseront:

 

 

- au niveau du croyant

 

- au niveau de l’incrédule.

 

- au niveau du monde entier dans les temps à venir.

 

 

5. - Elle triomphera de l’erreur.

 

 

- L’infidélité, le formalisme, le fanatisme, pas plus que le papisme

ne seront jamais en mesure de briser le dynamisme de la Parole de

Dieu et de garder ainsi les peuples sous leur domination. Le but du

message évangélique est d’accomplir les desseins de Dieu et il les

accomplira.

 

 

II - Sur quoi se fonde l’authenticité de cette déclaration?

 

La Parole de Dieu ne saurait être liée,

 

 

- Parce que c’est la voix du Tout Puissant.

 

- Parce qu’elle s’ accompagne automatiquement de l’action dynamique

du St-Esprit.

 

- Parce qu’elle répond, autant que le pain à un besoin réel que

l’humanité est dans l’obligation de satisfaire.

 

- Parce qu’elle est, par définition, libre et sans entrave. L’essence

même de la liberté.

 

- Parce qu’elle crée dans les coeurs qui la reçoivent un enthousiasme

tel que les hommes sont dans l’obligation d’en parler autour d’eux,

Elle ne peut supporter d’entraves.

 

 

III - Remarques

 

De même que la captivité de Paul ne retenait pas captive la Parole de Dieu, de même:

 

 

- La mort d’un ministre de l’Evangile n’est pas la fin de la

prédication du Salut.

 

- La faiblesse du serviteur n’est pas la faiblesse du message

évangélique.

 

- Les limites intellectuelles du prédicateur ne diminuent pas la

portée infinie du message évangélique.

 

- La froideur des hommes n’atténue pas la générosité du pardon.

 

- La fausseté des hypocrites n’en fausse pas le message.

 

- La ruine spirituelle du pécheur n’est pas sa défaite.

 

- L’incrédulité dés pécheurs n’entame pas un instant la vérité de

l’Evangile.

 

 

Réjouissez-vous de ce que l’Evangile puisse circuler librement.

 

Levez-vous pour travailler selon la Parole.

 

Donnez-lui libre accès dans vos coeurs et devenez vous-mêmes libres de sa liberté.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

HEUREUX L’HOMME...ÉPROUVÉ

 

"Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment". Jas 1:12

 

Avoir la bénédiction c’est vivre dans le bonheur et la prospérité.

 

Mais ce bonheur et cette prospérité marqués du sceau de la faveur divine possèdent une "qualité" que Dieu seul peut accorder.

 

Qui serait assez sot pour mépriser une telle bénédiction?

 

Une erreur fort répandue consiste à croire que la bénédiction divine se marque par la fortune, le prestige, la puissance, la santé, les amitiés, le talent quelquefois un mélange de quelques-uns de ces éléments.

 

Or cet "état de bénédiction" se trouve parfois là où on s’attendait le moins à la trouver. Chez des gens qui passent par l’épreuve et la tentation.

 

I - Sur la terre

 

1. - Cet "état de bénédiction" dont il est question dans notre texte n’a rien à voir avec l’absence d’épreuves ou de tentation.

 

Des trésors qui n’auraient pas résisté à l’épreuve du feu seraient sans valeur. Personne ne peut se considérer comme étant sous la bénédiction tant qu’il reste en son coeur la crainte de faiblir au moment de l’épreuve.

 

2. - Mais cet "état de bénédiction" est le trésor précieux qui se découvre dans l’épreuve.

 

- Y aurait-il une raison de mettre à l’épreuve une foi inexistante?

Or la foi met en oeuvre la bénédiction.

 

- Y aurait-il une raison quelconque de faire subir une épreuve à des

morts? Or, la vie spirituelle est une source de bénédiction!

 

- La vie spirituelle ainsi que la foi portent la marque de

l’intégrité, de la pureté, de la vérité, de la patience, toutes

vertus que Dieu se plaît à bénir.

 

3. - L’état de bénédiction appartient à ceux qui endurent la persécution pour l’amour du Seigneur. Le texte parle de "ceux qui l’aiment".

 

- Quiconque aime Dieu trouve dans cet amour une source de joie

 

- Il trouve aussi une bénédiction à souffrir pour cet amour.

 

4. - L’état de bénédiction appartient à ceux dont la foi a été éprouvée et reconnue véritable.

 

- Après l’épreuve vient l’approbation "... après avoir été éprouvé"

 

- Après l’épreuve s’établit en notre coeur, la certitude d’être dans

le vrai. Certitudes appréciées par ceux qui sont chaque jour

confrontés avec les réalités quotidiennes.

 

5. - L’état de bénédiction est un des résultats de l’exercice de la patience et fait éclore en nos coeurs un certain nombre de sentiments qui finalement modifient notre attitude.

 

- Gratitude. envers Dieu qui nous a soutenus dans l’épreuve.

 

- Prise de conscience de la faiblesse humaine et dépendance absolue

de Dieu.

 

- Paix du coeur dans la soumission à la volonté de Dieu.

 

- Absence de craintes en ce qui concerne les épreuves à venir.

 

- Communion plus étroite avec Dieu dans les afflictions.

 

- Croissance dans la grâce par le moyen de l’épreuve.

 

Heureux l’homme qui subit l’épreuve et en sort sans avoir défailli.

 

II - Dans le ciel

 

Ceux qui auront triomphé de l’épreuve hériteront des bénédictions promises

 

1. - Une couronne qu’ils ont méritée.

 

- Parce qu’ils ont vaincu l’adversité,

 

- Parce qu’ils ont obtenu l’approbation divine,

 

- Parce qu’ils sont honorés des autres chrétiens,

 

- Parce qu’ils ont combattu selon les règles.

 

2. - "La couronne de vie" car la condition essentielle pour que se développe et s’épanouisse la vie spirituelle est ce passage par les rigueurs de l’épreuve qui permettent:

 

- Une oeuvre approfondie de la grâce dans le coeur du croyant.

 

- Un discernement spirituel aiguisé,

 

- Un épanouissement des qualités naturelles,

 

- Une anticipation à la gloire éternelle

 

3. - La couronne éternelle = bonheur éternel

 

- La joie spirituelle ne peut en aucun cas disparaître.

 

- Les épreuves les plus dures ne peuvent la briser.

 

4. - La couronne de vie remise au chrétien par Dieu Lui-même

 

- Il s’y est engagé par une promesse

 

- Que garantit encore l’intérêt qu’il porte aux siens

 

- C’est Lui qui remettra la couronne à ses élus.

 

Ne nous laissons pas abattre par la perspective des difficultés.

 

Sachons attendre avec patience le temps de l’approbation divine

 

Pensons à le couronne de vie qui nous attend et reprenons courage à cette pensée.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

ASSURANCE

 

"Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce pour être secourus dans nos besoins" {Heb 4:16}

 

La prière occupe une place importante dans la vie d’un chrétien.

 

C’est d’elle qu’il tire son énergie, sa joie, sa croissance et son utilité.

 

Les Ecritures contiennent maints encouragements à la prière.

 

Le verset que nous étudions aujourd’hui est justement une de ces exhortations.

 

I - Notre ultime recours; "Le trône de la grâce"

 

Autrefois le propitiatoire, maintenant le trône de la grâce. Quand nous nous approchons de Dieu dans la prière, nous nous présentons:

 

1. - Devant un ROI avec respect, mais aussi avec assurance et dans un esprit d’obéissance.

 

2. - Devant un Roi susceptible de faire des largesses à qui nous pouvons demander beaucoup. Il est riche en grâce et en puissance.

 

3. - Un Roi qui siège au trône de la grâce dans le but de répandre sa grâce en nos coeurs, son règne et le règne de la grâce.

 

4. - Un Roi qui tire sa gloire des prières qui montent vers son trône. La prière des croyants met en oeuvre la grâce divine.

 

5. - Un Roi qui garde sa dignité de souverain tout en écoutant les prières car au nombre de ses prérogatives, il y a celle d’accorder sa grâce.

 

C’est devant le trône de ce grand Dieu que les pécheurs sont invités à se présenter. Quel privilège que celui d’avoir accès auprès du Roi de la grâce

 

II - Exhortations: "approchons-nous"

 

Celui qui parle est disposé à faire le même pas que nous. C’est une invitation.

 

1. - De la part de Paul, un homme de la même nature que nous, mais un chrétien expérimenté qui avait eu l’occasion d’apprécier la puissance de la prière.

 

2. - De la part de l’église tout entière parlant par sa bouche.

 

3. - De la part du St-Esprit, car c’est inspiré par le St-Esprit que Paul s’est écrié: "Approchons nous du trône de la grâce". C’est l’intercession de l’Esprit.

 

Ne restons pas indifférents à cet appel d’amour. Approchons-nous de Dieu Sans tarder davantage.

 

III - Comment s’approcher du trône de la grâce? "avec assurance".

 

Sans arrogance ni orgueil. Car nous sommes en présence d’un Roi qui n’a d’ordre à recevoir de personne et cependant avec assurance parce que nous nous trouvons devant le trône de la grâce.

 

"Avec assurance," cela signifie:

 

1. - Constamment, en tout temps.

 

2. - Sans contrainte, car Il sera attentif à toutes nos requêtes.

 

3. - Librement, sans employer de formules compliquées

 

4. - Rempli d’espérance, certains d’être entendus

 

5. - Avec ferveur, insistant pour nous faire entendre.

 

IV - Déduction logique. "Approchons-nous donc".

 

1. - "Afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce: non pour proférer de belles paroles, mais pour obtenir la bénédiction."

 

 

- A l’heure où nous avons besoin d’une surabondance de grâce, après

une abondance de péché.

 

- Quand nous demeurons insensibles à la grâce.

 

- Quand nous ressentons le besoin d’une grâce surabondante.

 

 

2. - Nombreuses sont les raisons de venir immédiatement et avec assurance

 

 

- Notre état de pécheur nous y invite. Nous venons pour trouver

grâce. Cet appel s’adresse donc aux misérables pécheurs que nous

sommes.

 

- La bonté de Dieu nous incite aussi à avoir de l’assurance devant

lui.

 

- Le fait que nous sommes "enfants de Dieu" nous donne une grande

liberté en sa présence.

 

- Le Saint Esprit nous attire plus près du trône de la grâce.

 

- Le caractère de grandeur, de certitude et de gratuité des promesses

divines nous incite à faire confiance au Seigneur.

 

- Christ s’est donné à nous, Dieu nous refusera-t-il quelque chose?

 

- Les exaucements du passé nous donneront une plus ferme assurance.

 

 

3. - La raison majeure de notre assurance, c’est Jésus-Christ.

 

 

- Il a été immolé et le propitiatoire a reçu l’aspersion de son sang.

 

- Il est ressuscité et sa justice nous justifie.

 

- Il est monté au ciel et il dispose à notre profit des bénédictions

incluses dans la nouvelle alliance. Demandons-lui donc la part qui

nous revient.

 

- Il nous écoutera car il est plein de bonté, de sollicitude et de

tendresse à notre égard.

 

 

Approchons-nous du trône de la grâce

 

 

- Quand nous sommes pécheurs, pour trouver miséricorde.

 

- Quand nous sommes faibles, pour trouver de l’aide

 

- Quand nous sommes tentés, pour trouver grâce.

 

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

HAIES d’EPINES

 

"C’est pourquoi, voici, je vais fermer son chemin avec des épines et y élever un mur, afin qu’elle ne trouve plus ses sentiers."

 

"Elle poursuivra ses amants et ne les atteindra pas; Elle les cherchera et ne les trouvera pas. Puis elle dirait: J’irai et je retournerai vers mon premier mari, car alors j’étais plus heureuse que maintenant". {Os 2:3-9}

 

Une série de menaces et soudain, des paroles de clémence et de grâce destinées à un peuple avec qui le Seigneur s’était forgé des liens particuliers d’affection et qui, néanmoins était tombé dans la rébellion et l’incrédulité.

 

Il est cependant étrange de constater que ce texte commence par l’expression normale de la déduction logique: "C’est pourquoi". Qu’est-ce donc que cette logique sinon la détermination prise par Dieu de jamais renoncer à son plan, ni de rejeter définitivement ceux qui lui appartiennent, mais de les attirer à Lui par les cordeaux de son amour.

 

Trois points retiendront notre attention:

 

I - Le caractère d’entêtement d’un grand nombre d’incrédules

 

Points communs entre le cas mentionné dans ce texte et le peuple d’Israël.

 

1. - Les procédés ordinaires sont restés sans résultats. Les détails de l’échec sont énumérés dans les versets précédents. Tout à coup, voici sous nos yeux l’expression: "C’est pourquoi". Il y a donc un lien logique entre ce qui précède et ce qui va suivre: Constatant l’échec des mesures précédemment prises, le Seigneur va faire nouvelles tentatives pour attirer les rebelles à Lui.

 

2. - Tentatives soulignées par un terme destiné à arrêter l’attention: "Voici". Dieu va aussi loin dans la grâce que le pécheur dans son obstination.

 

3. - Même ces mesures extraordinaires resteront sans effet. Les voies de la Providence nous semblent étranges: des haies d’épines et des murs ! Impuissants à retenir le pécheur. Il escalade les murs et saute par-dessus les haies d’épines pour courir après son péché. "Elle poursuivra ses amants".

 

4. - Seule la puissance divine est en mesure de venir à bout du pécheur endurci.

 

Dieu doit maintenant intervenir personnellement s’il veut que le pécheur revienne vers Lui Il met en oeuvre toute la puissance de son amour pour conquérir le rebelle qui s’obstine dans son endurcissement. Le ton s’élève au niveau du futur prophétique.

 

Quelle obstination que celle du pécheur que ni murs, ni haies d’épines ne sauraient retenir, à qui il faut l’intervention directe de la grâce divine

 

II - Moyens employés

 

- Entre les mains du Seigneur, ils deviennent efficaces même si en eux-mêmes ils n’ont aucune efficacité.

 

1. - L’affliction: "Je vais fermer son chemin avec des épines". Combien d’entre nous n’ont pas été arrêtés sur une mauvaise ponte et conduits à reconsidérer leur attitude à la suite d’une égratignure !

 

Le voyageur le plus prudent est parfois arrêté dans sa marche par une épine, une seule épine qui l’oblige à s’arrêter pour réfléchir. Le Seigneur dispose de moyens efficaces pour briser l’élan du pécheur à la poursuite du mal.

 

2. - Les difficultés: "Je vais...y élever un mur". Le Dieu d’amour barre la route à ceux qu’il est dans ses intentions d’arracher au mal. Si le pécheur réussit à traverser la haie d’épines, il trouve devant lui un mur...et des difficultés encore plus grandes!

 

3. - La perplexité: "afin qu’elle ne trouve plus ses sentiers". Dieu peut rendre impraticables les routes que le pécheur veut suivre pour courir après le mal au point que le bon chemin semble lui-même avoir été barré.

 

4. - Echec total - "Elle poursuivra ses amants et ne les atteindra pas". Nous connaissons tous de ces gens pour qui rien ne semble aller dans le bon sens; Ils se donnent beaucoup de mal et n’arrivent à rien. Tout cela vient du fait que leurs voies n’ont pas l’approbation divine et que Dieu a l’intention de les en arracher. Ils courent après une réussite que Dieu ne veut pas leur donner car elle ne cadre pas avec les plans qu’Il a pour eux.

 

5. - Amère déception: "Elle les cherchera et ne les trouvera pas". Ils ne trouvent même plus de joies dans les plaisirs qu’ils ont recherchés avec tant d’acharnement.

 

Une telle sévérité est fréquemment nécessaire au moment des premiers contacts d’une âme avec son Sauveur. Il faut toujours labourer avant de semer

 

III - Bénédiction

 

Le pécheur revient de ses égarements pour se placer sous la bénédiction

 

1. - Souvenir du temps passé: "Alors j’étais plus heureuse..."

 

2. - Constatation d’échec "... que maintenant".

 

Aveu douloureux, long à s’exprimer. Maintenant que les jours sombres sont venus, elle se souvient des jours heureux d’autrefois.

 

3. - Résolution: "Je retournerai..."

 

4. - Emotion "... vers mon premier mari".

 

Reconnaissance de la validité des liens qui l’unissaient à son mari. Repentir des terribles égarements du passé. Quand les choses en sont arrivées à ce point, la brèche est colmatée, l’amour a reconquis le coeur du rebelle.

 

- Tournons-nous vers le Seigneur sans qu’il aie besoin d’épines pour nous ramener.

 

- Si nous nous sommes déjà déchirés aux épines, il est temps de reconsidérer nos voies.

 

- Dans tous les cas, tournons-nous vers Jésus par la foi et trouvons le repos dans son amour.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

COEUR PARTAGE - COEUR MALADE

 

"Leur coeur est partagé; Ils vont en porter la peine" {Os 10:2}

 

En tant que nation, Israël partagea son adoration entre Baal et Jéhovah. Dieu dut donc intervenir pour châtier son peuple et lui faire subir une longue captivité.

 

Dieu n’a pas donné deux coeurs à l’homme. Il ne lui a donné qu’un seul et toute tentative visant à diviser ce coeur ou à le doubler d’un autre est vouée à l’échec et dangereuse pour la vie humaine.

 

Une église dans laquelle existent deux clans distincts, de doctrine différente, devient vite contestataire! tombe dans l’hérésie, la faiblesse. Elle n’est plus d’aucune utilité pour le Seigneur.

 

Un chrétien qui poursuit un objet autre que la seule gloire de son Seigneur est condamné à une misérable vie de médiocrité. C’est en fait un idolâtre et il y aura toujours une fausse note dans sa vie.

 

Un non-chrétien ne trouvera jamais le Seigneur tant que son coeur sera partagé entre la recherche de son propre plaisir et l’affirmation de sa propre justice d’une part, et la recherche d’un Sauveur d’autre part. Une double orientation ne peut mener à aucun résultat valable.

 

Un pasteur qui se laisse détourner de son objectif numéro un -à savoir la gloire de Jésus-Christ - par un quelconque désir de se faire valoir sur le plan du prestige, de la rhétorique, de la philosophie ou même de I’argent, sera un bien médiocre serviteur de Dieu.

 

En tout état de cause, la situation de l’homme au coeur partagé est une situation de malade et de malade grave. Un coeur brisé est une bénédiction un coeur divisé est un coeur atteint d’une maladie mortelle.

 

I - Caractéristiques de cette maladie. "Leur coeur est partagé"

 

1. - Estimation inexacte de l’état dans lequel ils se trouvent. Ils se proclament de "misérables pécheurs" alors qu’au fond, ils se trouvent parfaitement respectables.

 

2. - Hypocrisie quant aux principes de base de leur existence Ils font profession d’avoir placé leur foi en Jésus-Christ alors qu’au fond, ils n’ont confiance qu’en eux mêmes. Ils recherchent le compromis entre la grâce et les oeuvres.

 

3. - Double orientation de leur vie: Dieu d’une part, Mammon de l’autre, Christ et le ciel d’une part, Bélial et la terre d’autre part.

 

4. - Sentiments: Jésus PLUS quelque amour terrestres et non pas Jésus SEUL.

 

5. - Esprit de décision. Totalement inexistant. Ils ne savent jamais choisir entre deux opinions. Ils ne savent même plus ce qu’ils pensent puisqu’ils ont deux avis à la fois, et finalement ils sont incapables de se faire une opinion personnelle.

 

C’est une maladie qui se situe dans leur personnalité profonde et affecte leur être tout entier. Elle est malheureusement fréquente même chez des gens qui sont capables de faire de belles profession de foi. Non guérie, elle entraîne la mort et souvent une mort brutale, comme c’est fréquemment le cas pour les maladies de cœur.

 

II - Conséquences malheureuse: "Ils vont en porter la peine".

 

Le vice caché aux yeux des hommes finira par apparaître un jour ou l’autre. L’hypocrisie sera manifestée en pleine lumière. Le plus tôt sera le mieux, car:

 

1. - Dieu ne peut se satisfaire d’un coeur partagé. Ce n’est pas aimer Dieu que de l’aimer à moitié.

 

2. - C’est une insulte à Christ que d’admettre une rivalité dans l’amour que nous lui portons.

 

3. - L’oeuvre de la grâce est impossible dans un coeur partagé.

 

4. - C’est une vie boiteuse et défaillante que celle qui procède d’un coeur partagé.

 

5. - Le mal l’emportera fatalement sur le bien.

 

III - REMARQUES

 

Un certain nombre de points doivent être pris en considération par celui dont le coeur n’est pas tout entier au Seigneur. En effet:

 

1. - Il se condamne lui-même en cédant au Seigneur telle ou telle portion de son coeur. Pourquoi ne pas venir entièrement au Seigneur? Pourquoi s’engager sur un chemin et ne pas aller jusqu’au bout?

 

2. - Le salut éternel n’est pas une chose que l’on peut traiter à la légère. "Le royaume de Dieu est forcé et ce sont les violents qui s’en emparent" {Mt 11:12} -..."Le juste se sauve avec peine"

 

3. - La bénédiction après laquelle il soupire vaut bien qu’on la réclame de tout son coeur et de toute son âme.

 

4. - Le Seigneur n’a rien épargné pour que notre salut soit assuré. Est-ce honnête de la part d’un pécheur de ne pas lui livrer son être tout entier.

 

5. - Tous ceux qui ont eu une influence en ce monde sont des être caractérisés par une possibilité d’engagement total.

 

 

- Les jouisseurs recherchent leur plaisir à tout prix.

 

- Le diable veut faire le mal à tout prix.

 

- Les hommes de bien sont zélés pour Jésus-Christ.

 

- Dieu ne veut autre chose que bénir.

 

 

6. - La foi en Jésus-Christ est un engagement total de l’être tout entier. Un homme au coeur partagé est incapable d’un tel engagement. Le salut de Dieu n’est donc pas pour lui.

 

Demandez donc au Seigneur de vous donner un coeur capable d’un engagement total.

 

Lisez, écoutez la Parole, priez, repentez-vous, croyez de tout votre coeur et bientôt vous vous réjouirez de tout votre coeur.

 

C.H. SPURGEON.

 


PLAN DE PRÉDICATION

 

LE FEU, SOURCE DE CHALEUR

 

"Les barbares nous témoignèrent une bienveillance peu commune; ils nous recueillirent tous auprès d’un grand feu, qu’ils avaient allumé parce que la pluie tombait et qu’il faisait grand froid". {Ac 25:2}

 

Voici certainement une des premières oeuvres d’assistance aux naufragés. Ces gens, des barbares, des primitifs font preuve de qualités d’hospitalité et de générosité.

 

Qualités que l’on ne retrouve pas toujours chez des gens soi-disant bien élevés et bien pourvus.

 

Qualités de coeur...qui se traduisent en actes. A quoi cela sert-il de dire: "Va en paix, chauffe-toi..." si on n’allume pas de feu?

 

Quand on a froid - spirituellement ou physiquement - il n’y a pas d’autre ressource que d’allumer un feu.

 

C’est sur cette simple constatation que portera notre méditation de ce jour.

 

I - Nous avons toujours tendance à nous refroidir

 

1. - Ce monde est plein de froideur pour les esprits bienveillants.

 

2. - Du fait du péché originel, nous demeurons froids et n’avons que trop tendance à retomber dans la tiédeur.

 

3. - Il y a aussi la saison froide où tout gèle autour de nous. Pasteurs, églises, chrétiens, tous paraissent froids comme la glace.

 

4. - Il existe des endroits glacés que les rayons du soleil n’atteignent pour ainsi dire jamais. Il y a des chrétiens condamnés à vivre en de tels lieux.

 

5. - Les vents glacés du modernisme, de la mondanité, des difficultés économiques et de l’absence de prières se répandent parfois sur la terre.

 

Quiconque ne réagit pas devant cet engourdissement commence par se sentir mal à l’aise, il perd le goût de l’activité. C’est un mort en sursis.

 

II - Sources de chaleur

 

1. - La Parole de Dieu est comme un feu. Elle réchauffe le coeur.

 

2. - La prière. Prière en commun, prière personnelle, prière en famille.

 

3. - Méditation, communion avec le Seigneur. "Mon coeur brûlait au-dedans de moi". {Ps 39:4}

 

"Notre coeur ne brûlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin". {Lu 24:32}

 

4. - Assemblées de chrétiens {Mal 3:6}

 

5. - Bienveillance à l’égard du prochain. C’est le cas de Job priant pour ses amis {Job 42:10}

 

6. - Retour au premier amour et aux réalisations du début de la conversion {Ap 2:4,5}

 

Sources de chaleur desquelles il fera bon s’approcher avant de tomber dans un engourdissement fatal.

 

III - Notre devoir: Allumer des feux pour que d’autres viennent s’y réchauffer

 

Il faut que s’allume le feu d’un réveil qui réchauffe les naufragés de notre entourage.

 

En effet, s’il existe des différences entre le feu du réveil et celui dont il est question dans ce texte, il y a également des ressemblances entre eux.

 

1. - Circonstances défavorables. "Parce que la pluie tombait". Bois mouillé, atmosphère saturée d’humidité, braises éteintes. Essayez d’allumer un feu en de telles circonstances! Et pourtant il fallait le faire.

 

2. - Remarquons toutefois que le feu dont nous avons besoin ne saurait être allumé par des païens. La flamme doit obligatoirement venir du ciel.

 

3. - Dès que la flamme a jailli, on l’alimente à l’aide de brindilles. Pour allumer un feu rien en vaut une poignée de petits morceaux de bois.

 

4. - La flamme s’élèvera haute et claire lorsque nous nous mettrons à genoux pour souffler dessus: intercession chaleureuse et sincère.

 

5. - Le feu s’éteint si on ne soucie pas de l’alimenter. Voyez l’apôtre Paul ramasser un tas de broussailles pour le mettre dans le feu. Il faut que chacun participe à l’action commune.

 

6. - "Tous" doivent être en mesure de profiter de la chaleur d’un feu. Que personne ne reste à l’écart grelottant loin du feu.

 

7. - Feu, source de bien-être et de chaleur...et qui cependant réanime une vipère! Dieu merci le feu qui a réchauffé la vipère sera aussi l’instrument de sa destruction!

 

Quelle doit être notre contribution à ce feu?

 

Si nous ne pouvons pas en allumer un, apportons du moins notre brindille. Que personne n’éteigne la flamme!

 

Sachons nous mettre à genoux pour prier!

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

HONNEURS

 

"Afin de faire honorer en tout la doctrine de Dieu, notre Sauveur" {Tit 2:10}

 

Il est évident que si l’apôtre ne tenait en très haute estime la doctrine de l’Evangile, il ne se soucierait guère de la voir entourée de l’honneur auquel elle a droit.

 

Pour St Paul, la réalisation concrète a une importance telle qu’il la considère comme une source d’honneur pour l’Evangile.

 

La lettre à Tite est courte, mais combien riche d’enseignements!

 

Comme la doctrine et les conseils pratiques s’entremêlent avec bonheur!

 

Notre rôle consiste, en conséquence, à obéir aux conseils donnés par St Paul, afin de faire honorer la doctrine.

 

I - Pourquoi faire honorer cette doctrine?

 

"Parce que c’est la doctrine de Dieu, notre Sauveur".

 

1. - Cette phrase en souligne la grandeur: "la doctrine de Dieu".

 

- Dans cette même dimension d’infini sont:

 

 

- d’une part la chute, la ruine, le péché et le châtiment de

l’humanité.

 

- d’autre part, le salut, la rédemption, la sécurité, le bonheur

 

 

2. - Elle en souligne aussi la certitude. C’est "la doctrine de Dieu".

 

 

- Elle nous est connue par révélation divine.

 

- Elle nous est garantie par la fidélité de Dieu.

 

- Elle est aussi immuable que Dieu lui-même.

 

 

3. - Elle met en évidence la personne de Jésus-Christ "Dieu, notre Sauveur".

 

 

- C’est lui qui est à l’origine de notre salut.

 

- C’est lui qui en est l’essence même.

 

- C’ est lui qui nous l’a annoncé

 

- C’est lui qui est au centre de son message. L’Évangile donne gloire

à Jésus-Christ.

 

 

4. - Elle en souligne l’autorité.

 

 

- C’est de Dieu que vient l’initiative de révéler la vérité.

 

- Le Seigneur lui-même est Dieu. C’est pourquoi nous devons accepter

son enseignement.

 

- L’Evangile porte la marque divine. C’est la pensée de Dieu contenue

dans la doctrine que Jésus Christ nous a apportée. Rejeter

l’Evangile, c’est rejeter Dieu lui-même.

 

 

A nous de croire, d’honorer, de défendre et de propager cette doctrine de Dieu, notre Sauveur. Existe-t-il rien d’autre qui soit digne de notre activité?

 

II - Comment faire honorer la doctrine de Dieu, notre Sauveur?

 

Le texte que nous étudions est tout à fait remarquable et appelle un certain nombre de remarques:

 

1. - Qui sont ces gens qui sont appelés à faire honorer l’Evangile?

 

 

- Du temps de St Paul, des esclaves.

 

- De notre temps, des gens de condition modeste.

 

- Il semble étrange que cette catégorie sociale soit particulièrement

appelée à une telle entreprise

 

- Et pourtant les esclaves avaient à coeur de faire honorer leurs

maîtres et c’est parmi les pauvres que l’Evangile est le plus

respecté.

 

 

2. - De quelle manière pourront-ils faire honorer l’Evangile?

 

 

- Par leur obéissance à leurs maîtres {Tit 2:9}

 

- Par le soin qu’ils prendront de leur être agréable.

 

- Par la modération dans leurs propos.

 

- Par leur intégrité absolue.

 

- Par leur fidélité en toute chose.

 

 

Toutes choses susceptibles de conduire leurs maîtres à admirer la doctrine de Jésus.

 

3. - Sur un plan plus général, comment faire honorer la doctrine de Christ?

 

 

- Certainement pas par les ornements architecturaux, musicaux ou

vestimentaires.

 

- Ni par des attitudes ou une certaine forme d’expression.

 

- Ni par la finesse d’une pensée philosophique.

 

- Ni par les fleurs d’une rhétorique creuse.

 

 

Par contre, il est bienséant de rendre hommage à la beauté:

 

 

- A la beauté de l’ Evangile par une vie sanctifiée où la compassion

et le courage trouvent leur place,

 

- Par une conversation d’un niveau élevé.

 

- Le tribut d’honneurs payés à la beauté a déjà le mérite d’attirer

les regards. La sainteté d’une vie vécue selon l’Evangile attire

l’attention sur la valeur de sa doctrine.

 

- De même que les honneurs donnent à la beauté un éclat plus grand, de

même l’identification du chrétien avec le Seigneur Jésus donne un

rayonnement plus grand à la doctrine qu’il professe.

 

 

Il nous appartient donc de contribuer à l’honneur de l’Evangile par:

 

 

- Une honnêteté scrupuleuse

 

- Une courtoisie sans faille

 

- Un amour généreux

 

- Un prompt pardon des offenses

 

- Une longue patience dans les difficultés.

 

- Un calme serein et une dignité en tout temps.

 

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PRÉDICATION

 

DES CHOSES ETRANGES

 

"Nous avons vu aujourd’hui des choses étranges." {Lu 5:26}

 

Le monde est plein de lassitude, il aspire à quelque chose de nouveau.

 

Personne au monde n’est susceptible de provoquer l’étonnement autant que le Seigneur Jésus; hélas, à peine si les hommes, dans leur ensemble, s’aperçoivent de sa présence, et parlent de lui.

 

Approchons-nous de lui pour le contempler, et nous verrons des choses étranges!

 

Sa personnalité, sa vie, sa mort, son enseignement sont pleins de "choses étranges!"

 

L’oeuvre qu’il accomplit aujourd’hui constitue encore autant de sujet d’étonnement et d’émerveillement.

 

I - Voyez quelles choses étranges se passent en ce jour-là.

 

1. - La puissance du Seigneur se manifeste pour guérir des docteurs! {Lu 5:17}

 

2. - La foi s’exerce de haut en bas pour atteindre le Seigneur! {Lu 5:19} 3

 

3. - D’une seule parole, Jésus pardonne les péchés. {Lu 5:20}

 

4. - Jésus dévoile les pensées cachées. {Lu 5:22}

 

5. - Jésus donne à un homme la force de porter seul le lit qui avait servi à le porter jusque-là. {Lu 5:25}

 

II - Voyez quelles choses étranges se passent au temps du Seigneur Jésus.

 

1. - Le Créateur vient au monde parmi les hommes. L’infiniment grand se fait petit enfant.

 

2. - Le Maître de l’univers se met au service des hommes.

 

3. - Le Juste est accusé, condamné, offert en sacrifice pour le péché.

 

4. - Le Crucifié ressuscite d’entre les morts.

 

5. - La Mort est vaincue par la mort du Seigneur Jésus.

 

Nous ne citons là que quelques incidents d’une vie pleine de sujets d’étonnement et d’émerveillement.

 

III - Voyez quelles choses étranges se passent également chez le croyant et dans son entourage

 

1. - Un pécheur accablé sous le poids de son péché...se trouve justifié par la foi.

 

2. - Un coeur charnel est régénéré par grâce.

 

3. - Une âme préserve sa vie spirituelle au milieu de dangers mortels, comme le buisson ardent qui brûlait sans se consumer.

 

4. - Le mal se change en bien sous l’effet d’une sagesse prévoyante.

 

5. - Une force sans défaillance se développe dans la faiblesse.

 

6. - Le Saint-Esprit fait sa demeure chez le croyant.

 

7. - La joie du ciel descend sur la terre.

 

Et ce n’est là qu’un aperçu de ces innombrables "choses étranges"

 

La vie n’est jamais monotone pour qui a pris Jésus comme compagnon de route.

 

Si vous commencez à vous sentir blasé, et si vous êtes croyant, cherchez à convertir votre famille et vos voisins. Cherchez à voir comment Jésus est à l’oeuvre parmi les hommes.

 

Et vous verrez des choses de plus en plus étranges, jusqu’à ce que, près de Christ dans la gloire, il vous soit donné de voir les choses les plus étranges qui soient.

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

JESUS FATIGUE DU VOYAGE

 

"Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure". {Jn 4:6}

 

Bien des détails de la vie courante nous rappellent le Seigneur Jésus: que ce soit un paysan fatigué qui se repose l’après-midi, ou tout simplement, un puits!

 

Comme cette lassitude souligne bien le caractère humain du Seigneur Jésus! Une longue marche provoque chez lui une lassitude qui nécessite quelques instants de repos et le voici "assis au bord du puits".

 

Quelles épreuves Jésus ne dût-il pas endurer en tant qu’être humain! Sa lassitude était encore plus grande que celle de ses disciples, car:

 

 

- Son esprit était constamment tendu;

 

- Personne ne pouvait imaginer la nature du fardeau qu’il portait.

 

 

Les sacrifices qu’il s’imposait étaient déjà extraordinaires, car:

 

- Il se refusait à être en quoi que ce soit différent des autres hommes;

 

 

- Il se refusait à se dispenser de subir la loi de la fatigue;

 

- Il se refusait à opérer un miracle qui eut définitivement chassé

toute cette fatigue

 

- Il se refusait à se dispenser de subir la chaleur, la faim ou la

soif.

 

 

C’est la raison pour laquelle il est en mesure de sympathiser avec:

 

 

- Le voyageur lassé qui s’arrête au bord de la route;

 

- Le paysan accablé sous une tâche écrasante;

 

- Le malade qui souffre dans sa chair ou dans ses os;

 

- Le malheureux qui n’a qu’une pierre pour oreiller et se désaltère à

la fontaine publique;

 

- L’esprit abattu, lassé de la vie et qui, sans jouir des avantages

d’une vie confortable, se contente de profiter paisiblement de ce que

la nature peut lui offrir.

 

 

Transposant ce texte sur le plan spirituel,

 

I - Voyons quelle est notre art de responsabilité dans cette fatigue du Seigneur Jésus:

 

Car,

 

1. - Il se lasse de nos péchés {Esa 43:24}

 

2. - Il se lasse d’une adoration purement rituelle {Esa 1:14}

 

3. - Il se lasse de nos égarements et de notre incrédulité {Ps 95:10}

 

4. - Il se lasse de notre résistance au Saint Esprit. {Esa 63:10}

 

5. - Il se lasse de nos discussions et de nos rébellions {Mal 2:17}

 

Peut-être avons nous provoqué le Seigneur sur un point particulier comme le note Amos dans le chapitre 2 de son livre, au verset 13 {Am 2:13}

 

Le prophète Esaïe pose une question empreinte de sérieux et même de gravité "Est-ce trop peu pour vous de lasser la patience des hommes, que vous lassiez celle de mon Dieu?" {Esa 7:13}

 

II - Toujours sur le plan spirituel, voyez le Sauveur dans d’attente

 

1. - Il attend les gens qui vont venir au puits pour y puiser de l’eau: Toutes les occasions lui sont bonnes pour répandre sa bénédiction, que ce soient les afflictions, ou la proclamation de la Parole de Dieu, ou un anniversaire, ou tout simplement, le détail le plus ordinaire de notre vie. Les hommes poursuivent des buts d’ordre matériel: ils viennent au puits pour y chercher de l’eau et c’est précisément à cet endroit-là que le Seigneur les rencontre et réalise en eux un miracle d’ordre spirituel.

 

2. - Il attend les plus dépravés. La personne en question avait eu cinq maris.

 

3. - Il attend les pécheurs pour leur apporter sa lumière, pour les convaincre et les convertir.

 

4. - Il attend les pécheurs pour les accueillir et leur confier une tâche précise.

 

5. - Il attend le premier converti, celui qui montrera le chemin à la foule des autres, comme ce fut le cas pour les Samaritains.

 

 

- Combien de temps lui fallut-il attendre pour certains d’entre nous!

 

- En combien de lieux différents ne nous a-t-il pas attendus?

 

- Ne nous attend-il pas en cet instant?

 

- N’allez-vous pas enfin cesser toute résistance à son amour si

patient

 

 

III - Demeurons sur le plan spirituel et imaginons nous à la place du Seigneur Jésus

 

1. - Fatigués de notre vie de péché,

 

2. - Cherchant le repos dans la loi du Seigneur,

 

3. - Attendant que le Seigneur se manifeste à notre coeur,

 

4. - Le suppliant de nous donner à boire et, ce faisant, le comblant de satisfaction, car c’est en cela qu’il prend plaisir.

 

5. - Nous désaltérant à la source des eaux vives, puis courant annoncer aux autres ce que nous avons trouvé.

 

 

N’est-ce pas maintenant le moment propice?

 

Que le Saint Esprit de Dieu vous conduise!

 

 

C.H. SPURGEON

 


PLAN DE PREDICATION

 

TEMPS FAVORABLE.

 

"Semez selon la justice, moissonnez selon la miséricorde, défrichez-vous un champ nouveau! Il est temps de chercher l’Eternel jusqu’à ce qu’il vienne et répande pour vous la justice." {Os 10:12}

 

Que penser d’un cultivateur qui laisserait ses champs à l’abandon?

 

Que penser aussi d’un homme qui néglige son âme? Comme une terre non cultivée, une âme négligée porte des épines et s’emplit de mauvaises herbes.

 

Vous prenez bien soin de tout ce qui concerne votre personne, et vous ne prenez aucun soin de vos âmes!

 

Or Dieu vous appelle à briser les mottes durcies du sol de votre coeur il viendra même à votre aide pour cela.

 

Ecoutez sa voix qui vous dit: "Il est temps de chercher l’Eternel". C’est lui qui vous appelle!

 

I - "Il est temps" - Quel est ce temps favorable?

 

1. - C’est le moment où vous prenez conscience de votre propre responsabilité en ce qui concerne votre salut. Ce n’est jamais trop tôt.

 

2. - Si vous le faites maintenant, vous n’êtes pas en avance, vous n’êtes pas non plus trop tard; "Il est temps".

 

3. - Si le châtiment de Dieu s’abat sur vous, mettez-vous immédiatement à genoux pour chercher la face de Dieu "De peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire". {Jn 5:14}

 

4. - Avant l’épreuve, que la compassion et la douceur de notre Dieu fasse jaillir en nous l’élan de notre gratitude. Pourquoi Dieu serait-il toujours obligé de nous ramener à Lui à coups de bâton? {Esa 1:5}

 

5. - Ne sommes-nous pas restés assez longtemps dans le péché.? N’avons-nous pas été assez longtemps au service de la chair? {1Pi 4:3}

 

6. - Le moment où des responsabilités nouvelles s’imposent à nous et où nous prenons une place plus marquée dans la vie sociale: mariage, paternité, promotion dans la vie professionnelle. {1Ch 22:19}

 

7. - Le moment où l’Esprit de Dieu est particulièrement à l’oeuvre et où des âmes de notre entourage parviennent au salut {Ac 3:19}

 

 

- N’avez-vous jamais eu conscience des élans de votre âme ni de

l’espérance qui commençait à naître dans votre coeur? {Ps 27:5 2Sa

5:24}

 

- N’avez-vous jamais senti que la parole de Dieu s’adressait à vous

personnellement par le moyen d’un prédicateur ou d’un ami?

 

 

II - "De chercher l’Eternel"

 

Que faut-il faire pour cela? Il faut:

 

1. - S’approcher de Dieu. Le rechercher dans l’adoration, la prière, etc... {Ps 105:4}

 

2. - Implorer son pardon par le sang de Jésus. {Esa 55:6}

 

3. - Jouir de la bénédiction en relation avec la nouvelle naissance. {Jn 1:12,3}

 

4. - Vivre pour la gloire de Dieu, en toute choses chercher à l’honorer. {Mt 6:33}

 

III - "Jusqu’à ce qu’il vienne et répande pour vous la justice".

 

Jusqu’à ce que:

 

1. -Votre coeur aie la certitude d’avoir obtenu la bénédiction attendue.